Et si on achetait des vêtements sans rien débourser ?

Quand on parle de « vêtements gratos » et de « cadeaux », on ne cible pas les insta-girls. Aujourd’hui, contrairement à ce qui se faisait il y a quelques temps en matière de privilèges 2.0, tout le monde peut acquérir des fringues sans presque rien débourser.

Cet article pourrait vous intéresser : Le hoodie, ce meilleur ami !

Dématérialiser le vêtement

Un nouveau concept, signé Carlings, nous permet de s’habiller comme bon nous semble grâce à des « pièces virtuelles » qu’on choisit et qui ne sont disponibles que sur notre feed insta. Avec une telle prouesse technologique, les outfits sont taillés sur le contenu de notre Instagram sans jamais être concrétisés. En gros, cette alternative de vêtements digitaux comble nos lubies vestimentaires sans impacter l’environnement. Morten Grubac, directeur créatif de la marque Virtue Nordic, insiste sur la liberté expressive qu’offre un tel concept en tablant sur l’authenticité de chaque individu. En effet, « Une plateforme comme Instagram est désormais un podium virtuel pour des milliers de gens, qui peuvent s’exprimer de façon incroyable. Ils propulsent la mode en avant à la vitesse de la lumière. » d’où la nécessité d’offrir une large gamme de vêtements virtuels, accessibles à tout le monde.

Pour une justice « fashion »

Ce concept est aussi intéressant par sa portée égalitaire. Si avant, seuls quelques instagrammeurs pouvaient bénéficier des dernières tendances, aujourd’hui, tout le monde peut goûter au luxe du sur-mesure. Mais ce programme s’inscrit aussi dans le mouvement de digitalisation extrême de la sphère mode. Si des influenceurs « robots » ont vu le jour et jouissent d’une notoriété surprenante –comme Lil Miquela- et si la mode puise de plus en plus son inspiration dans le monde high-tech –en témoignent les récentes collections de la Maison Margiela-, une démocratisation plus globale d’un tel phénomène ne pouvait être que bien perçue.

Alors, inutile d’envier les it-girls qui bénéficient d’un dressing de rêve puisque désormais, vous aussi pouvez changer de « looks » à l’infini tout en tablant sur une vague éthique.