Alerte collab’ : Gosha X Burberry

Cet été, on a été surpris par la tournure très « street » du défilé Burberry. Souvenez-vous : l’iconique trench de la marque s’est encanaillé à coups de vinyle tout comme l’imprimé check ou la griffe de la marque « so british », qui a envahi sacs de courses XXL ou encore casquette de la très populaire britishness. Bref, Burberry était devenue presque aussi cool que les labels les plus en vogue de la modosphère comme Vetements, Supreme ou encore, le label éponyme d’un certain… Gosha Rubchinskiy !

Социальные сети позволяют очень интересные знакомства. Например, этот свит сделал сумасшедший дизайнер из Краснодара @romauvarov , который приехал специально к нам на съемку и привёз свои платья из фольги и броши из Barbie, а эти сумасшедшие цветы делают @chi_chi_chi_flowers В обоих случаях нас свёл инст. Границ нет, вам может написать @jaredleto или как @pavelena ее любимчик @diplo Призываю вас быть социальными и использовать это в ваше благо. Хотя, если вам и без этого хорошо, то и хорошо. (Последнюю фразу можно в цитатник, пожалуйста)🙆🏼‍♂️

Une publication partagée par Гоша Карцев (@goshakartsev) le


Gosha X Burberry


Et c’est justement le créa’ russe le plus influent du moment, vénéré entre autres par Demna Gvasalia et consorts, qui a collaboré avec l’establishment de la mode made in UK. On a appris que Gosha avait prêté main-forte à Christopher Bailey pour le denier show Burberry avant de signer une collection capsule pour ladite maison, accessible seulement dans le nec plus ultra des boutiques « mode ». Envie de booster la désirabilité des clients ? Coup marketing très bien orchestré ? Millennials dans le viseur? Il y a de cela puisque les pièces signées Gosha, présentées au compte-gouttes, seront entre autres disponibles à Londres, dans la boutique Dover Street Market avant d’envahir la place Vendôme via le Comme des Garçons Trading Museum, rien que ça.

Fidèle à son univers post-URSS et imprégné de culture rave, Gosha a misé sur les superpositions et le mix des logos (Burberry et Gosha), le tout projeté sur des dégaines de cool kids un peu « stone ». On aboutit, en somme, à un jonglage entre esprit foot club et jeune yuppie fêtard et ultra moderne.

Le flair de la rédac

Christopher Bailey quittera Burberry le 31 mars prochain et on pressent qu’avec Gosha, la relève est (quasi) assurée. Alors, notre prophétie va-t-elle se réaliser ? Réponse, dans quelques mois mais en attendant, on sait où se trouve le cool !