Art meets fashion.

Simple inspiration, petit clin d’œil ou véritable collaboration avec un ou plusieurs artistes contemporains, l’art et la mode ne cessent de s’interpénétrer. Une alliance qui a vu le jour au début du XXème siècle, devenue omniprésente chez les plus grandes maisons de couture.

 

La mode s’inspire de tout ce qui est beau. Elle s’imprègne, se déforme et s’approprie ; et ceci les créateurs l’ont compris. En effet, la symbiose entre l’art et la mode ne date pas d’aujourd’hui. Tout a commencé dans les années 1930, lorsque la créatrice de mode italienne Elsa Schiaparelli et le légendaire artiste peintre Salvador Dali ont décidé de collaborer sur un nombre de robes, dont la Robe SqueletteLa Robe Homard, et La Robe Larmes,  exposées aujourd’hui au Metropolitan Museum à New York. Une Alliance artistiquequi, plus tard, va inspirer plusieurs créateurs tels qu’Yves Saint Laurentet Jean-Charles de Castelbajac.

« L’art, c’est de l’art. La mode, c’est de la mode. Mais Andy Warhol a prouvé qu’ils peuvent exister ensemble. » – Karl Lagerfeld

 

Yves Saint Laurent x Piet Mondrian 

la-robe-mondrian_yves-saint-laurent_piet-mondrian

On ne peut parler de crossover entre art et mode sans évoquer la robe Mondrian, présentée par Yves Saint Laurent lors du défilé de la collection automne-hiver 1965. Inspirée des œuvres abstraites de l’artiste néerlandais Piet Mondrian, cette robe est sans doute la plus célèbre de l’histoire de l’haute couture.

Aujourd’hui l’art et la mode ne font plus qu’un ; sur les collections, sur les podiums et même sur les compagnes publicitaires… La mode se la joue arty et nous, on aime.

 

Louis Vuitton et ses collaborations artistiques 

Dès son arrivée chez Louis Vuitton en 1997 en tant que directeur artistique, Marc Jacobs, lui-mêmecollectionneur d’art affirmé, invite plusieurs artistes contemporains à collaborer avec la maison de couture, dont :

 

Stephen Sprouse (2001):

louis-vuitton-marc-jacobs-Stephen-Sprouse-2001

Stephen Sprouse a été le premier artiste à collaborer avec la maison française. Ses tags fluo sur la maroquineriemonogram classique de LV ont été un succès immédiat. Une première pour la maison de luxe qui ne s’était jamais aventurée dans de telles collaborations artistiques.

 

Takashi Murakami (2003-2009):

takashi-murakami-louis-vuitton-2003_2009

Entre Louis Vuitton et Takashi Murakami, c’est une grande histoire d’amour. Le génie de l’artiste japonais est en effet derrière le monogram multicolore, le parsemé de cerises ou encore celui paré de personnages Kawaii; tous des succès commerciaux incontestés de la marque. Une collaboration de six ans qui aura beaucoup apporté à la maison de couture et à l’artiste.

 

Daniel Buren (2013):

daniel-buren-louis-vuiton-2013

Pour la présentation de la collection printemps-été 2013 de Louis Vuitton, MarcJacobs fait appel à l’artiste Daniel Buren pour réaliser lascénographie du défilé : une installation monumentale composée deplusieurs escalatorset de marches,recouvertes dedamiers jaunes et blancs, motifs repris sur la collection représentée.

 

H&M x Jeff Koons (2014):

jeff-koons-hm-2014

Afin de célébrer l’ouverture de son flagship new-yorkais à la Cinquième Avenue en juillet 2014, H&M s’ associe à Jeff Koons, l’artiste le plus controversé de notre époque. Le résultat ? Un petit sac en cuir noir paré du célèbre Balloon Dog, œuvre culte de l’artiste américain. Quelques mois plus tard, une nouvelle version du sac à vu le jour à l’occasionde l’exposition « Jeff Koons, la rétrospective » qui s’est déroulée au Centre Pompidou du 26 novembre 2014 au 27 avril 2015.

 

Longchamp x Sarah Morris (2014):

longchamp-sarah-morris-2014

Pour commémorer  son 20ème anniversaire, la marque de maroquinerie parisienne a  invité l’artiste américaine Sarah Morris à revisiter Le Pliage, son sac culte. Une édition limitée de 125 exemplaires déclinés en 8 teintes pop.