Défilé Balmain: la festivalière rock d’Olivier Rousteing !

C’était du grand art. Voilà ce que m’a donné mon Olivier Rousteing et non, je ne pourrais pas être 100% objective parce que c’est impossible ! Bref mes FF, je l’ai mon show surprise parce que oui, j’étais un peu déroutée par la nouvelle Rock Attitude du plus américain des français ! Fond sonore: Hotel Califormia et puis merde, que la writing paty commence (désolée mais j’ai passé une nuit à délirer) 

© Photographié par Monica Feudi / Indigital.tv

Rock me bby:

C’est le constat du jour: Olivier Rousteing devient hard. How ? En transformant la femme Balmain en une icône rock. Franges, pantalons patte d’eph’, des strass, écailles, fourrure, des coupes moulantes et bien sûr, le tie and dye qui semble ne jamais vouloir nous lâcher ! On range donc les pierreries très Balmain spirit pour une collection aussi jeune que trash ! Hell yeah mes FF (sorry, mais je pense à Woodstock là)

Marron et noir: mix and match !

Ou les deux couleurs stars du défilé. Ce qui est normal pour un esprit très « festivalier ». On n’oublie pas aussi le doré et le beige, ou les deux couleurs de prédilection de notre frenchy (qui joue, rappelons-le, à domicile !) hot hot mes FF et puis qui dit rock, qui nana badass qui n’a pas froid aux yeux, n’est-ce pas ?

Cet article pourrait vous intéresser : Le défi de Bouchra Jarrar: « glamouriser » la résille pour le défilé Lanvin (mais pas que !)

La redéfinition de la pureté: (selon le dictionnaire néo-Balmain)

En fervent adorateur du clan Kardashian/Jenner, Olivier a définit le chic comme suit: être chic c’est être authentique. On retrouve donc le fameux slogan ou le drapeau fièrement brandi par presque all of les designers « fashion is an attitude ». Qu’est-ce que je vous sors là ? Et bien, la fille Rousteing a beau être le clone  de Kimmy/Kim West: une basic bitch quoi, elle reste pure parce qu’elle demeure  elle-même. Le bon genre est definitely mort mes FF !

Un potentiel rapprochement avec la collection de la maison Versace est de ce fait possible parc que choker, coupes moulantes, lèvres métallisées prédisent le retour du string qui dépasse (là, on est hors-kitsch ou plus too much kitsch. Olivier Rousteing: no string qui dépasse please)

Voilà mes FF: c’est officiel, irrévocable et nul ne pourra y échapper; on voulait du sexiness et bien là, on est gâtées ! PS: laissez la petite sauvageonne qui sommeille en vous se manifester; et don’t worry: les petites ménagères BCBG vont elles aussi se rebeller !