Celine Menswear : Quand Hédi Slimane réhabilite es sous-cultures.

Décor de choc rappelant les nuits sans fin du Palace, performance musicale aussi inattendue qu’époustouflante en guise de clausule, du saxophoniste James Chance, Hédi Slimane nous a encore une fois dévoilé une partie de ses inspirations. Mise à nu teintée d’esthétique rock’n’roll, le show Celine est parsemé de symboles.

Cet article pourrait vous intéresser : La mode deviendrait-elle de plus en plus « pop art friendly » ?

Post-punk is not dead

Du néo-skinhead toujours aussi féru de marques, déboulant avec une coupe boule et des cheveux teints de deux couleurs en passant par le yuppie destroy, jamais sans ses lunettes noires, la bande de Slimane a repris l’un des slogans phares des années 80 « lunettes noires et nuits blanches ». Les physiques graciles des kids « slimaniaques » portaient du tweed en guise de manteau XXL, des vestes étriquées et montraient impunément leurs chaussettes. Mais chez Celine, sous le règne de Hédi Slimane, c’est surtout la nuit qui prime sur le jour. Sequins et imprimé léopard, cuir sur un pantalon de costume taille haute et boucle d’oreille en forme d’épingle à nourrice, le punk et ses soirées « no limit » ne sont jamais bien loin chez Hédi Slimane. Mais contrairement à l’imagerie qu’on a de cette sous-culture, le designer édulcore et « glamourise » l’esprit négligé du punk pour donner naissance à une « youth culture » chic, décomplexée et authentique.

Les jeunes hommes « chics » de Hédi Slimane ont bel et bien impacté la mode masculine et on sent que cela va encore durer un bon moment.