Fashion Week : Voici ce qu’on a retenu du défilé Celine menswear 2020

Après une première collection « à son image » pour Celine et un tollé créé sur la toile, Hédi Slimane, l’un des rares survivants d’une génération biberonnée au rock, s’assagit et présente une collection féminine, qui colle à la griffe célinienne. Mais une fois ce défi relevé, le créatif retrouvera ses premières amours.

Cet article pourrait vous intéresser : Tunis Fashion Week day 3 et 4: Le marathon mode continue !

Sex, drugs and rock’n’roll

C’est sur les premières notes de « Name Escape », l’une des dernières chansons du groupe de rock écossais BODEGA, que les silhouettes longilignes de Hédi Slimane ont défilé. Premier look : un condensé de culture vampirique, aussi hypnotique que mystérieuse. Esthètes chic, ses hommes flirtaient entre le néo-vampire branché et l’éternel rockeur. Alors, qui commande au sein de la Sacro-sainte maison ? Certainement un Dracula rockeur aux traits androgynes. Du Hédi tout craché.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

CELINE 04 MEN SUMMER 20 SET DESIGN BY HEDI SLIMANE LES INVALIDES, JUNE 2019 SOUNDTRACK: BODEGA “NAME ESCAPE” #CELINEBYHEDISLIMANE

Une publication partagée par CELINE (@celine) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

CELINE 04 MEN SUMMER 20 ARTWORK ”RETRO NOSTALGIA” DAVID KRAMER ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ #CELINEBYHEDISLIMANE

Une publication partagée par CELINE (@celine) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Final walk at @celine’s Spring 2020 men’s show. View the complete collection at the link in our bio. Photographed by @styledumonde

Une publication partagée par Vogue Runway (@voguerunway) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Hedi Slimane goes ’70s skinny at @celine. See the Spring 2020 men’s collection at the link in our bio Photographed by @styledumonde

Une publication partagée par Vogue Runway (@voguerunway) le

« Hédi Slimane nous donne envie de perdre 40kg »

Fidèle à une esthétique qui prône la maigreur extrême, une maigreur adolescente relative aux Youth Cultures, et plus particulièrement à la culture punk, Hédi Slimane semble néanmoins se répéter. Certains diront qu’il est « has been » et que le rock n’est plus dans le game, la culture streetswear l’ayant mis K-O. Une « accusation » à laquelle répondront les fervents défenseurs de l’univers « slimaniens » de la sorte : le nom Slimane est synonyme de transgression, de nonchalance et de débauches, tous les ingrédients qui ont rythmé les années Alain Pacadis au Palace. Hédi Slimane, c’est une époque certes révolue mais qui intrigue et fascine plus d’un. Cette « Jeunesse Dorée » a d’ailleurs été récemment portée sur Grand Ecran par Eva Ionesco, une grande amie du photographe-styliste.

Alors oui, l’identité slimanienne ne plaît pas à tout le monde mais il n’y a qu’une seule personne capable de passer des années Flower Power aux années « Picadiennes » en vingt minutes de défilé et cette personne, c’est Hédi Slimane.