Chanel: plongez au cœur de la création avec Lucia Pica

Un road trip pour une Creative Designer biberonnée à la Beat Generation, voici ce que dégage ces photos, plus captivantes les unes que les autres, datant presque d’une décennie révolue. Des clichés en noir et blanc, du brouillard, un flou, prémices d’une « création » en acte, une nature rebelle, métaphore du magma créatif et une Lucia Pica qui s’abreuve de tout ce qu’elle voit pour le sublimer et sublimer la femme en retour. Frissons garantis. 

Cet article pourrait vous intéresser : Ombre première: les fards hypnotiques de…

Loin de se claquemurer dans son laboratoire, l’enfant des 70’s retourne à l’essence de son adolescence: l’esprit road trip dans la veine d’un Jack Kerouac. Sillonnant la Californie d’aujourd’hui, elle nous rappelle que presque rien n’a changé: ni les California Girls, superbement incarnées par son poulain, Kristen Stewart ni le rêve californien qui semble toujours d’actualité. Une bouffée d’oxygène entre deux virées nocturnes en mustang.

On plonge d’emblée au cœur d’une Amérique insouciante, un brin rock et injustement reléguée au rang des oubliettes.

chanel-coeur-de-creation-lucia-pica-kristen

Parlons Make-up

Ces prises nous évoquent le clip des Stones Ride Em on Down, magnifique reprise de Shake Em on Down de Bukka white et dans lequel  Kristen Stewart se trémousse sans vergogne. L’actrice se la joue d’ailleurs comme une « Cherry bomb » rebelle, religieusement attachée à son côté boysch et à sa bouille de petite fille revêche.

Mais Lucia Pica va plus loin en poétisant ces et ses clichés. On dépasse ainsi l’archétype du rêve à la californienne pour épouser l’univers de Mademoiselle.

Loin des couleurs rutilantes et électrisantes des seventies, on découvre des teintes plus nude, plus douces, des fards plus sages, qui correspondent beaucoup plus aux attentes d’une jeune fille en fleurs, très Belle Epoque mais qui est happée par le monde contemporain. L’aspect de la femme Chanel, sauvageonne et délicate n’est pourtant pas absent. Un rouge à lèvres intense parachève cette myriade de couleurs sobres, comme pour leurrer plus d’un dandy…paradoxale ? Voici ce qu’on retient de la demoiselle qui marche dans les pas de Mademoiselle.

La force de ces clichés reste sans conteste une fascination inouïe pour le passé d’une Coco, énigmatique, fin stratège avec les hommes et son héritière, la petite rebelle qui crie intérieurement, aussi névrosée qu’elle, poète et artiste, « en créant (sa) propre inspiration » comme le souligne à juste titre celle qui ne s’emmêlera jamais les pinceaux, Lucia Pica.