Crush music : Le clip choc de Childish Gambino

Regardé 30 millions de fois en 48h, un record pour Gambino. « This is America » n’est pas seulement un clip, c’est une séquence vidéo qui traite des phénomènes de la société afro-américaine. Tourné dans un hangar géant, ce film se veut un message de quatre minutes. Childish Gambino de son vrai nom Donald Glover dit ce que n’ose plus crier son rival Kanye West à la face de son propre pays, avalé tout entier par le système, visiblement perdu et noyé par  sa propre inertie. Dans un entretien au journaliste de la chaîne Fox, le rappeur refuse de décrypter le contenu de sa vidéo  « Je pense que ce n’est pas mon rôle de faire ça » explique-t-il.

La rédac’ vous explique donc pourquoi son clip fort en symboles remue les Etats-Unis.

Les messages cachés du clip

Dès la première minute, le rappeur et activiste Gambino dénonce le racisme et la violence dans son pays. On peut apercevoir dans une des premières scènes Gambino sortir une arme à feu de sa poche arrière. Une scène qui semble être une référence directe à Jim Crow. Un personnage des années 1830 joué par un blanc déguisé en noir pour se moquer des afro-américains. Il a donné son nom aux lois de ségrégation aux Etats-Unis ( en place dans certains Etats du sud jusqu’en 1964).

Plus tard dans la vidéo, on note un second meurtre de sang froid, parfaitement inattendu, du chœur noir.  Une scène qui fait référence à la « fusillade de Charleston » ; un suprémaciste blanc qui avait assassiné 9 afro-américains.

L’analyse du clip révèle également deux autres thèmes notamment l’indifférence et le divertissement.
Une scène qui montre les écoliers danser tout contents sans remarquer une seconde les affrontements des jeunes noirs avec la police derrière. Une critique de la culture du divertissement.

D’autres symboles forts ressortent. On note un cheval blanc monté par ce qui ressemble à l’un des Quatre Cavaliers de l’Apocalypse, fait alors irruption en arrière-plan aux côtés d’une voiture de police, la même qui avait ignoré le rappeur quelques plans plus tôt, une façon de reconnaître que son statut de star le met à l’abri d’éventuelles bavures.
Enfin, le chiffon rouge dans lequel Gambino cache soigneusement son arme à la suite de chaque meurtre. Les armes semblent être mieux traitées que les humains.

Tous ces symboles font du clip de Childish Gambino un manifeste qui choque, interpelle et fascine.