Voilà pourquoi vous devez regarder la dernière vidéo du collectif Ti 3leh

Ils ont la vingtaine et débordent d’idées. Ensemble, ils ont créé une chaîne YouTube Ti 3leh qu’ils alimentent depuis presque trois ans. Ensemble, ils passent au crible, non sans humour, les failles de notre société. Ayant une verve et un esprit de répartie hors-pairs, cette jeune clique s’est dernièrement intéressée à un point névralgique de notre société : le genre.

Cet article pourrait vous intéresser : Les groupes tunisiens à suivre sur Facebook

Anarchie sur… YouTube

Suscitant un véritable tollé sur la toile, leur dernière vidéo, « La femme dans le monde arabe » ne nous a pas laissés de marbre. En effet, on y trouve l’une des figures de proue du collectif, Hela Meziou, qui fait un listing de tous les comportements sexistes manifestés envers les femmes. Alternant entre critique et humour noir, la jeune femme pointe du doigt la culture du viol en montrant qui sont les véritables bourreau et victime d’une agression. Elle insiste ainsi sur la charge mentale que subissent toutes les femmes dans les sociétés arabes, encore gangrénées par le pouvoir du patriarcat. Perspicace et sûre d’elle, la jeune fille dénonce l’amalgame qu’ « on » fait entre la religion et le poids d’un background culturel qui prône le pouvoir du Mâle et le met sur un piédestal tout en vulgarisant le statut de la femme. Ironie du sort : la vidéo démontre, toujours avec intelligence et finesse, le décalage entre théorie et pratique quand il s’agit des droits de la femme, cette dernière devant justement assurer une triple fonction : celle de la mère, de l’épouse et de la salariée, dans la majorité des cas.

La femme : Ennemie publique numéro un ?

Salope mais pas trop, cultivée mais sans dépasser le QI de son tendre époux, sage mais pas coincée… la femme orientale et a fortiori, la femme, subit les injonctions d’une société obsédée par la perfection, toujours à l’affut de la faille ultime. Aujourd’hui, bien qu’on soit au troisième millénaire, on juge encore une fille selon son look –idem pour les garçons mais à des degrés moindres-, pire encore, on justifie un acte de viol ou d’agression par le paraître de la fille et si ce n’est pas le cas, on victimise les filles parce que, justement, elles ne savent pas se défendre. Là encore, Hela et sa bande tordent le cou à ces clichés en utilisant, en guise de clausule, des photos de femmes députées, pilotes, médecins bref, des femmes qui ont apporté une valeur ajoutée à leur communauté.

Cette vidéo a évidemment dérangé plus d’un mais on espère qu’après les foudres de certains internautes, aveuglés par les préjugés, la raison l’emportera sur les passions.