Couple : Deviner c’est bien, exprimer c’est mieux !

Un couple ça s’entretient. Ça, on le sait. Mais malheureusement, il est rarement livré avec le mode d’emploi qui va avec ! Du coup, il nous arrive que, bien qu’empli de bonne volonté, on ne sait pas trop comment faire pour justement entretenir son couple ! Et si on commençait par plus communiquer ?

Cet article pourrait vous intéresser : Les six mensonges que toutes les femmes racontent à leur chéri

Les bases : A chacun sa perception propre des choses

via GIPHY

Même si l’on s’aime de tout son cœur et que l’on vit ensemble depuis longtemps, on continue d’être deux individus différents, avec deux cerveaux différents et qui résonnent donc différemment. Une situation peut donc très bien nous sembler insoutenable ou une situation très inconfortable, alors que pour notre conjoint elle est tout ce qu’il y a de plus normal ! De même, nous mesurons l’ampleur des efforts que nous faisons, parce que ce sont les nôtres, mais notre tendre moitié ne les voit pas forcément.

La clé du bonheur : ne rien attendre de l’autre

via GIPHY

Qu’on se le dise une bonne fois pour toute ; le conjoint n’est pas responsable de notre bonheur, même si, certes, il y contribue ! Mais il convient à chacun de s’épanouir et de trouver ce qui le rend heureux, l’autre est là pour rendre le chemin plus doux. On ne peut attendre de lui qu’il anticipe nos besoins, seul le prince charmant des contes de fée le fait, et encore ! L’anticipation, attendre de l’autre cet acte super romantique ou même qu’il se propose de lui-même de faire la vaisselle, sans qu’on le lui ait demandé, juste comme ça –alors qu’on est ensemble depuis 10 ans et il ne l’a jamais proposé !- est contreproductif, c’est même le meilleur moyen pour être déçu et générer de la frustration. Par contre, si vous voulez quelque chose de votre chéri ; demandez !

L’évidence : on est deux dans un couple

via GIPHY

Oui, deux. Et les deux parties sont d’égale importance et d’égal pouvoir. C’est pour cela que les jeux tant de victimisation que de persécution sont totalement vains, et représentent même un danger pour le couple, car en perturbent l’équilibre. En reprochant à sa moitié «  tu n’as pas vu dans quel état de fatigue je suis ? » on met en place un jeu de reproche basé sur la victimisation ce qui rompt d’office la communication. Au contraire, il faut toujours veiller à maintenir le lien de la communication à la verticale. On communique oui et toujours. Mais on veille aussi à la clarté du message. Au lieu de la formulation citée plus haut –qui a fait perdre sa substance au message, pourquoi ne pas choisir « chéri, je suis fatiguée, tu veux bien m’aider ?» Dénuée de tout reproche et  de toutes connotations négatives, le message parvient aux oreilles de l’autre, qui le comprend. Après, qu’il y réponde positivement ou non, c’est une autre paire de manche.

En résumé, la bonne attitude à avoir pour garder son couple en bonne santé, c’est de faire 50 % du chemin en s’assurant de s’exprimer le plus clairement et le plus simplement possible !