Zoom… sur le dernier défilé Chanel Croisière

C’est sous la houlette de la nouvelle directrice artistique de la maison Chanel, Virginie Viard, qu’a été préparé le défilé Chanel Croisière. Le bras droit du regretté Karl Lagerfeld avait pour tâche de présenté sa propre vision de l’esprit Chanel tout en respectant le legs de ses deux prédécesseurs.

Un défilé hypnotique

Point d’extravagances pour ce défilé Chanel signé Virginie Viard mais des silhouettes magnétiques. Parées d’une veste Kaki à six poches ou d’un manteau oversize rose fushia, les mannequins foulaient le podium avec aisance et insouciance. Frais, léger et féminin, comme le veut la coutume chez Chanel, ce défilé oscille entre les réinterprétations intelligentes et fines de la mode façon Coco et une modernité frappante.

Une palette chromatique éclectique a été mise en avant pour cette occasion, faisant ainsi matcher les couleurs pastel avec des couleurs plus « kitsch » avant d’arriver à la destination « couleur terre ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Soo Joo Park appeared at the #CHANELCruise show wearing a fuchsia tweed look and jersey leggings with the letters C-H-A-N-E-L. #CHANEL @soojmooj #SooJooPark

Une publication partagée par CHANEL (@chanelofficial) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

#CHANELCruise accessories — contrasting two-tone boots and an oversized quilted handbag in cobalt blue behind-the-scenes of the show in Paris. #CHANEL

Une publication partagée par CHANEL (@chanelofficial) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Workwear spirit — a line-up of looks drawing inspiration from workmen’s uniforms opened the #CHANELCruise show in Paris. #CHANEL @laurenjdg @alyssahpaccoud

Une publication partagée par CHANEL (@chanelofficial) le

Sobriété scénographique

Si Karl Lagerfeld nous avait habitués aux mises en scène fastueuses, Virginie Viard nous a embarqués dans l’univers d’Agatha Christie avec son « Orient-Express ». Mais là encore, son invitation au voyage, déployée au Grand Palais, a pris des airs chimériques. Orient, Occident, civilisation Gréco-Romaine ou glamour parisien, tous les ingrédients étaient présents pour faire de cette collection un double hommage avant, peut-être, de mettre en relief une identité plus personnelle.