Rendez-vous : Au-delà du E-FEST

Les plus pointus s’y ruent et les moins avertis n’en perdent pas une miette depuis 11 ans. La 11e édition du E-FEST débutera ce 30 novembre et se terminera en beauté dans la nuit du 3 décembre au Carpe Diem. Afif Riahi, son président, puise dans ses rencontres et dans ses expériences musicales la matière pour avancer. Ca donne, ça.

LOGO-EFEST

« Le E-FEST est né d’un engagement citoyen et engagé qui va plus loin que la musique. L’événement sert un public d’avertis mais aussi d’inconnus, un large public sur qui on mise mais qui finalement ne nous empêche pas de rester indépendant et libre dans nos choix artistiques ». Afif Riahi, ne mâche pas ses mots avec le projet qu’il a entre les mains depuis 11 ans maintenant. Développer un tel projet sur une terre de tous les possibles, voilà le facteur passion de l’équipe organisatrice. « Pour cette 11e édition comme pour toutes les autres, on est dans une forme de résilience par rapport à la réalité. On est bien conscient qu’il faut qu’on reste proactif sinon personne ne le fera à notre place ». Chaque année, l’événement transforme la banlieue et ses lieux atypiques en vibrante plateforme des musiques électroniques et des cultures numériques. Pour l’occasion seront investis des lieux emblématiques comme le Carpe Diem mais aussi des lieux plus atypiques comme le Palais Abdellia à la Marsa et l’Acropolium de Carthage. Aux lives et dj-set s’ajoute une résidence d’artiste inédite en Tunisie qui donnera lieu à une exposition dans l’enceinte de l’Abdellia. Nommée ENIAROF (FORAINE en verlan), cet incubateur d’idées créatrices sera l’occasion de présenter des productions réalisées in situ autour des nouvelles technologies et offrant une certaine forme d’interaction avec le public.

23844395_1546158465422879_8824937145330163549_n

« Notre objectif est de raconter quelque chose sans forcément être dans l’attente de ce que le public a envie d’écouter. Avec l’équipe artistique, on évoque plus un « projet culturel », là où d’autres parlent de « festival ». L’idée étant d’éditorialiser, d’inscrire quelque chose dans son temps. Le numérique est le parfait outil de travail pour donner du relief à la création contemporaine ». Côté programmation musicale, cette 11e édition annonce une trame fidèle à l’esprit d’ouverture qui avait fait la spécificité de l’événement. Zone d’exploration de tous les possibles, les sets que livreront les djs invités pour l’occasion s’annoncent fracturés et sophistiqués. Les mots d’ordre restent les mêmes : exigence et dextérité pour une transversalité entre les genres, les époques et les parcours d’artistes. On soulignera la présence de Sierra Sam qui mixera au Carpe Diem le 3 décembre. A ne pas manquer ! Un soir de dépassement où vous aurez la chance de vibrer sur l’électro déstructurée d’un vieux de la vieille. De belles surprises attendent « la faune du dimanche soir comme le plus pointu des fans d’électronique ».


Déroulé du E-FEST :

* Exposition : ENIAROF au Palais Abdellia – la Marsa à partir du 30 novembre
* Concert : DJ STORNO au Palais Abdellia – la Marsa le 30 novembre

 

* Concert : JANKENPOPP 
 au Palais Abdellia – la Marsa le 30 novembre

 

* Conférence : THORSTEN S.WIEDEMANN, ANTONIN FOURNEAU, SOPHIE DASTE, JEREMIE CORTIAL et ROMAN MILETITCH au Palais Abdellia – la Marsa le 1 décembre

 

* ELECTRON LIBRE à l’Acropolium de Carthage le 1 et 2 décembre

Jour 1

20h30 GYMKHANA

21H30 N.M.O


22H30 Fabrizio Rat

Jour 2

20H30 NOUR HARKATI

21h30 Hindi Zahra


22h30 The Wanton Bishops

 

* ELECTRON LIBRE au Carpe Diem le 3 décembre

17h – 19h EYTH

19h – 21h Hearthug

21h – 22h30 Sierra sam

22H30 – 00h DAOX

00h – 02H SHINIGAM SAN

Toutes les infos pour la billetterie, c’est par ici