DEMAIN DES L’AUBE : Une radioscopie de la Tunisie post-révolution

Le film « Demain dès l’Aube – غدوة حيّ « , présenté en compétition officielle dans la catégorie des long-métrages aux JCC de 2016, mérite le détour. Outre que, traitant de la révolution, ce film est une véritable catharsis pour la mémoire collective, mais habilement porté par Lotfi Achour, il a su capter l’essence des sentiments et des frissons que ce bouleversement a fait naître chez la jeunesse tunisienne.

demain-des-laube-film-tunisien

Petit retour sur ce chef-d’œuvre du cinéma tunisien

Un réalisateur entre deux mondes

Lotfi Achour, auteur, metteur en scène et producteur, est connu pour bien des créations. Certaines ont même joui d’une reconnaissance internationale, dont notamment « Père » (2015) un court métrage en lice pour les Césars de 2017, « La laine sur le dos » (2016) en compétition officielle au Festival de Cannes de 2016, et actuellement pour les Oscars de 2017. Achour est également connu dans le monde du théâtre. Il est l’auteur de plus de 25 créations théâtrales représentées dans différentes salles (notamment à Grenoble). Son dernier spectacle a même été coproduit par la Royal Shakespeare Company pour les Jeux Olympiques de 2012.

Néanmoins, « Demain dès l’aube » est le premier long métrage que ce Franco-tunisien réalise.

Un titre hugolien pour une histoire empreinte de désillusions

Le film retrace l’histoire de Zeineb (Anissa Daoud), Elyssa (Doria Achour) et Houssine (Achref Ben Youssef), deux jeunes femmes et un adolescent. Alors que rien ne les disposait à se revoir, leur destin se recroisent quelques années après ce fameux 14 janvier 2011.

demain-acteur

Egrenant les souvenirs des événements vécus de jour là, ils retrouvent les démons qui les hantent et qui ont toujours hanté la Tunisie. Entre enquête policière et récit intime, le film raconte tout à la fois la naissance d’une amitié et dresse le portrait fébrile d’un pays qui tente de se reconstruire.

demain-couv

Cet article pourrait vous intéresser :  غدوة حيّ par Lotfi Achour retenu parmi les films en compétition ! JCC 2016

Le titre choisi par les auteurs « demain dès l’aube » n’est pas anodin. C’est celui de l‘un des plus célèbres poèmes de Victor Hugo (Les Contemplations, 1856), dans lequel il raconte à un interlocuteur inconnu, sa décision de partir dès l’aube pour le rejoindre, sans que rien ne l’en distrait. A la fin du poème on comprend que sa destination est un cimetière, et qu’il s’adresse à sa fille Léopoldine, décédée 4 ans plus tôt.

En somme, le ton du film se retrouve dans son titre : un voyage empreint de nostalgie, mais avec la volonté de continuer coûte que coûte en dépit de la tristesse, le tout coloré d’une note de résiliation qui flotte dans les airs.

Plus qu’un énième film sur la révolution

demain-fuite

Loin d’être un simple documentaire sur la Révolution, le film est une fiction qui dresse un portrait de la Tunisie actuelle, un pays en pleine reconstruction démocratique et dont les jeunes, premiers moteurs du changement, ont vu leur espoir virer à la colère, puis à la désillusion. Selon les auteurs « le film se situe 3 années après la révolution…il fallait monter cette post restauration, dépeindre la dépression du peuple ».

Le moins que l’on puisse dire est que le pari a été relevé, rares étant les productions qui sont réellement parvenues à restituer à la fois la ferveur émotionnelle unificatrice palpable à cette époque et le désenchantement qui a, par la suite frappé la jeunesse, face aux forces antirévolutionnaires.

« Demain dès l’Aube – غدوة حيّ  » est un film poignant, à la fois cru et subtil, triste et joyeux

Il a su transmettre avec une vivacité unique autant la flamme de la liberté ressentie à la fuite de Ben Ali que le désenchantement qui s’abat sur une jeunesse aujourd’hui perdue. Bref, un film qui ne laisse pas indifférent.

On vous laisse avec la bande annonce :