Destinées Fashion : Stagiaire superstar ?

Olivier Rousteing, Kendall Jenner

Si dans notre imaginaire, stagiaire =galérien, certains « sacrifiés » de la mode ont pu tirer leur épingle du jeu en obtenant le stage de leur vie ! Karl Lagerfeld chez Balmain, Olivier Rousteing chez Cavalli ou encore, Alexander Wang chez Marc Jacobs…les élèves d’hier sont devenus les figures de proue de la fashion sphère dans sa version 2017/2018. Un zoom biographique s’impose !

Le kaiser de la mode et ses manigances

karl-lagerfeld-1

Dans Karl Lagerfeld se dessine, un documentaire réalisé par l’outsider le plus convoité de la modosphère, Loïc Prigent, Karl Lagerfeld confesse, en substance « j’effectuais les tâches de tout le monde, ne refusant ainsi aucun travail. Quelques semaines après, j’étais à la tête de la maison Balmain : on avait viré tout le monde. » Une révélation choc certes mais le sarcasme de Karl Lagerfeld est aussi prévisible que les frasques de Lady Gaga donc no comment. Pour exceller et sortir du lot, le DA de Chanel (depuis des années-lumière) a donc misé sur l’efficacité et…sur quelques coups bas bien agencés. Le résultat : de simple stagiaire venu pour apprendre les ficelles du métier, il devient l’homme à tout faire de Mr Balmain avant de se lasser et d’accepter l’offre de Chloé. Inutile de narrer la suite de ce parcours donquichottesque puisque le Seigneur de la mode d’aujourd’hui était bel et bien ce valet de la Cour du Roi, il y a plus de 60.

Olivier Rousteing ou quand la roue tourne

2126512-kanye-west-et-olivier-rousteing-coulis-950x0-1

Olivier Rousteing et Kanye West

Olivier n’était pas vraiment prédestiné à la mode. Une fois le bac en poche, il décide de s’inscrire –pour faire plaisir à papa, maman- en Droit. Résultat : le jeune homme préfère faire la fête, habiller ses amis que résoudre les affaires d’une entreprise en plein déclin. Il quitte donc les bancs de la fac et part pour l’Italie, l’eldorado de la mode (pour ce bordelais au quotidien un peu trop conventionnel). Danseur image, le petit Olivier multiplie les balivernes tout en cherchant sa « voie ». Or, si les Voix de la Mode nous semblent impénétrables, Olivier a tapé dans l’œil d’un certain…Roberto Cavalli. Là, on ne savait presque rien de ce « modeux », dépensier par essence, jeune et qui ne cesse de « peopoliser » l’image de travailleur de la mode et a fortiori de Directeur Artistique. Trois ans en tant que stagiaire, il accepte par la suite l’offre de la maison Balmain devenant ainsi l’un des plus jeunes directeurs artistiques de la planète mode ! Aujourd’hui, Olivier est la coqueluche des millennials mais aussi des personnalités les plus en vogue du moment : La famille Kardashian le vénère comme un Messie et même Brigitte Macron « est fan » de ses créations ! Sacré Olivier !

Alexander Wang, l’élève « presque » parfait

fashion-2013-03-alexander-wang-cfda-awards-main

Alexander Wang lors des CFDA

Quand on pense à Alexander Wang, on pense à ses collaborations mode avec Adidas, à sa « mode festive » et à sa dégaine d’éternel cool kid. Alexander, c’est en fait celui qui a amorcé la génération de « jeunes directeurs artistiques » parce qu’à 33 ans, il a tout raflé !

Ambitieux, Alexander s’inscrit à Parsons, le nec plus ultra en terme d’école d’Art et de Design. Mais voilà : emporté par la fougue de la jeunesse, le jeune homme passe une année au côté de Marc Jacobs avant de tout quitter et de lancer sa propre griffe. Il apprend ainsi les codes du métier et son éthique. Gai comme un pinçon, Alexander véhicule une énergie positive qu’on peine à saisir dans la mode, une attitude qu’il tient de son maître : Marc Jacobs. Quand le jeune homme évoque cet épisode de son « itinéraire mode », il ne peut s’empêcher de s’extasier devant son maître. « Marc a une manière très à lui de travailler. Il travaille sur une collection et la plupart de ses idées créatives ne viennent qu’à la fin. L’énergie se ressentait partout dans les bureaux. Les gens étaient emportés par son énergie, ses idées. Tout va de pair chez lui. C’était une expérience géniale pour une première fois à New York. » peut-on lire dans les colonnes du WWD.

La cerise sur le gâteau « light » : Kanye West !

NEW YORK, NY - SEPTEMBER 16: Kanye West poses during the finale of Yeezy Season 2 during New York Fashion Week at Skylight Modern on September 16, 2015 in New York City. (Photo by Randy Brooke/Getty Images for Kanye West Yeezy)

La collection Yeezy par Kanye West (2016)

Même le roi du buzz est passé par la casse « bourreau/victime » stagiaire en distribuant, tout sourire, des « cappuccinos » ! Il ne faut donc pas se méprendre : kanye est un stagiaire modèle. Exit colère, impulsivité et attitude trash, kanye sait (et peut) se montrer sous son meilleur jour. La preuve ? le papa de North et Saint a « bossé pour Fendi sous couverture » -on connait son engouement pour la fourrure, au grand dam de la SPA !- et a même réussi à se frayer un chemin dans les ateliers de Giuseppe Zanotti, comme on peut le lire sur la plateforme digitale I-D France. Kanye s’est investi corps et âme dans le design des vêtements et des chaussures afin de ne rien laisser au hasard. Yeezy vaut bien une standing ovation, non ?

21be191cddc03ab3e6babf87bcd5bf5b chez Sassy

Chloé Sevigny et sa vintage mania

Chloé Sevigny et son look déjanté ont débarqué chez Sassy Magazine, Sofia Coppola a ébloui La maison Chanel par sa discrétion et son bon goût ou encore A$ap Rocky a fait sensation chez Vuitton, en transposant son background street dans l’univers très couture de la marque… Bref, aujourd’hui, la rue s’est incrustée dans la Culture « Haute Couture ». Des stagiaires très people, venus de tous bords (et de milieux plus ou moins différents) osent ainsi frapper à la porte des plus grandes maisons afin de décrocher le stage de leurs rêves et vous savez quoi ? Pour percer –dans la mode ou ailleurs- il faut être sacrément culoté, croire en ses rêves et donner un coup de pouce –voire plus- au destin !