Ce que vous devez savoir avant de faire un tatouage

tatouage

Depuis un moment, l’idée de vous faire tatouer vous trotte de plus en plus dans la tête. Reste à savoir si vous savez ce que se faire faire un tatouage implique réellement. Car, plus qu’une simple tendance, il s’agit de se marquer à vie !

-Si vous pensez déjà au détatouage, c’est que vous n’êtes pas prêt pour ça

C’est vrai que de nos jours, les techniques de détatouage fusent de plus en plus, et sont en passe de devenir de moins en moins douloureuses. Mais si, avant même de vous faire faire un tatouage, vous pensez déjà aux techniques pour l’effacer, c’est que vous envisagez sérieusement le fait de regretter votre choix. Voilà le signe que vous devez y réfléchir encore un peu.

via GIPHY

-Avoir un tatouage ne fait pas de vous un gros dur

L’image véhiculée par les films des années des décennies passées a largement contribué à ce que le tatouage rime avec marginal ou même badass ! Mais ça c’était avant ! En 2017, les tatouages se sont démocratisés, et généralisés, devenant un accessoire de mode, si bien qu’ils sont arborés par toutes les catégories sociales, même les plus douces et les plus politiquement correctes d’entre elles.

via GIPHY

-Il ne faut pas oublier qu’un tatouage est d’abord une blessure

On a tendance à oublier qu’un tatouage est en fait une blessure, superficielle certes, où l’on insère de l’encre. Tout se joue donc durant la phase de cicatrisation. C’est le déroulement de celle-ci qui décidera de l’apparition d’une infection ou non, et de la qualité du rendu final du dessin. En soi, les risques de complications ou d’infections après un tatouage sont très faibles, du moins, tant que l’on respecte les consignes d’hygiène et qu’on applique le soin conseillé par le professionnel.

via GIPHY

-Pas une mais des infections

Les sources d’une infection sont diverses ; il y a l’encre en elle-même, l’aiguille, une désinfection inadéquate de la peau ou même du fait d’une blessure subie après le processus de guérison. Le tout est d’être attentif aux signes avant-coureurs, et ce, entre quarte et 22 jours après s’être fait faire le tatouage.

via GIPHY

-Les différentes parties de notre corps vieillissent différemment

Il suffit de jeter un petit coup d’œil à vos aînés ! A partir de la quarantaine (généralement) on n’a plus les bras, les hanches, le bidon, ni le cou de nos vingt ans ; fichue gravité ! Par contre, il y a d’autres parties du corps restent relativement les mêmes, c’est le cas, entre autre pour les chevilles et les poignets. Ceci est dû au fait de la présence inégale de muscles et de graisses, de même qu’une élasticité différente de la peau. Il en résulte que les différentes parties de notre corps changent de formes et s’étirent au fil du temps. Le même processus arrive sous l’action de l’effet yoyo. Donc, si vous ne voulez pas que votre si jolie fleur sur le dessus de la poitrine ne se retrouve à pendouiller au niveau de votre nombril, étudiez bien la question de la localisation et imaginez-la dans une vingtaine d’année avant de passer à l’encre !

via GIPHY

-Les couleurs passent

Quoi de plus joli qu’un beau dessin haut en couleur affiché sur la peau ! Mais les couleurs des encres de tatouage sont moins résistantes que le noir et le vert. Elles auront donc tendance à se flétrir au bout d’une moyenne de quatre ans. Vous serez donc probablement contraints de repasser par la case aiguille tous les cinq ans environ, pour redonner de la fraicheur à votre si beau dessin !

via GIPHY

Alors, passerez-vous à l’aiguille ?