Et le César est attribué à …

cesar

La Ville Lumière a accueilli vendredi dernier sa 39è édition des Césars. FFDesigner a suivi de près cette consécration annuelle du cinéma français et vous fait la récap!

Théâtre du Châtelet. 21 heures. Cécile de France, en fine maîtresse de cérémonie, ouvre le bal. C’est avec un accent British, qu’elle s’adresse à un des invités assis au premier rang, qui n’est autre que Mister  Tarantino en personne ! Le réalisateur, présent pour la nomination de « Django Unchained » au Meilleur film étranger, n’a quand même pas eu le prix. La récompense a été discernée au film belge « Alabama Monroe ». Néanmoins, notre Quentinremet le César d’honneur, à sa compatriote Scarlett Johansson !

Le grand vainqueur de cette cérémonie est Guillaume Gallienne, son  film « Les garçons et Guillaume, à table ! » rafle cinq prix. Le réalisateur français, ému, s’exclame : « Je suis complètement sonné ! »
« La Vénus à la fourrure » offre le César du Meilleur réalisateur à Polanski. A la grande déception de tous ceux qui avaient parié sur Kechiche ; le réalisateur franco-tunisien de « La vie d’Adèle » est presque boudé, malgré sa Palme d’or.

Adèle Exarchopoulos rafle tout de même le César du Meilleur espoir féminin. Le réalisateur de « La Graine et le Mulet » n’a pas répondu présent à cette édition, et il n’a pas été le seul. Catherine Deneuve, Fabrice Luchini, et le danois MadsMikkelsen manquaient aussi  à l’appel.

Assez critiquée par la presse, trouvée injuste voire sinistre, la soirée a quand même eu ses moments forts.
L’émouvante Adèle Haenel, sacrée Meilleure actrice dans un second rôle dans le film « Suzanne » est récompensée à juste titre. Adèle a été nommée dans la même catégorie que Julie Gayet.
Pour cette cérémonie, l’actrice de « Quai d’Orsay » a fait sa première apparition publique depuis la révélation de a liaison avec François Hollande.