Fashion week Haute Couture : Ce qu’il fallait retenir !

On est bien conscient-e-s que pendant la Fashion Week Haute Couture, les créateurs de mode s’éloignent des « tendances » afin d’adopter une approche plus artistique –et moins mercantile- du vêtement. Exit donc jean perlés, pulls à froufrous et autres « It-pièces » qu’on a vues et revues tout au long de la saison et bonjour créativité !

F comme fantaisies !

Chez Chanel, les petites mains étaient à l’honneur. En effet, et comme à chaque Fashion Week, Karl Lagerfeld honore ses dentelières, gantières et couturières en mettant en avant des pièces où somptuosité rime avec savoir-faire. C’est ainsi qu’on a eu droit au « retour » de la voilette et détrompez-vous : la voilette ne fait plus mortuaire mais orne les mannequins, très « girly » lors de ce show, d’un voile de poésie.

Tulle veil hairpiece from the Spring-Summer #CHANELHauteCouture collection. @iamhyunjishin

Une publication partagée par CHANEL (@chanelofficial) le


Changement de décor chez Dior. Maria Grazia Chiuri, a toujours revendiqué l’entremêlement entre les différentes formes d’art. Pour elle, peinture, littérature et vêtement se complètent. Ainsi, ses mannequins ont troqué le classique « collier » pour les citations « surréalistes » d’André Breton. Quant aux « classiques » lunettes de soleil, elles ont été remplacées par une espèce d’accessoire abracadabrant qui est sans nous rappeler les « déguisements » de Picabia lors des rencontres survoltées des « dadaïstes » au Cabaret Voltaire ! Maria Grazia Chiuri a aussi donné un aspect ludique, presque enfantin à ses créations, en flirtant avec l’art naïf via l’imprimé damier et les « gribouillages » d’enfants qui figuraient sur certaines de ses robes.


Mais ce sont Jean-Paul Gaultier et John Galliano qui ont poussé « l’expérimentation » couture à son paroxysme. Le premier a rendu hommage à son mentor, Pierre Cardin, qui a répondu présent à l’invitation de son disciple. Jean-Paul Gaultier a de ce fait revisité une palette « kitsch », très années 80, via un vert, un bleu, un rose fuschia et un jaune « pop ». Il a aussi réinterprété la coupe boule qui est (re)devenu graphique pour l’occasion, tout comme ses pièces, toutes jalonnées de figures géométriques déconstruites pour mieux être repensées. Galliano, pour Maison Margiela est lui aussi resté dans un « mood » novateur par le biais d’un jonglage « ubuesque ». Des matières « fluorescentes », quasi futuristes, se mêlaient à un travail artisanal hors-pair. Perles et broderies se teintaient d’avant-garde, comme si Galliano faisait interagir culture sci-fi donc pop culture et luxuriance de la Haute Couture. Sensationnel.

#GaultierParis #SS18 @vanessaaxente

Une publication partagée par Jean Paul Gaultier (@jpgaultierofficial) le

#GaultierParis #SS18 @nastyalupey.

Une publication partagée par Jean Paul Gaultier (@jpgaultierofficial) le

#GaultierParis #SS18 @vanessaaxente.

Une publication partagée par Jean Paul Gaultier (@jpgaultierofficial) le


Enfin, on ne pouvait pas clore ce chapitre sans évoquer la magnificence d’Iris Van Herpen. La jeune créatrice, qui ne défile qu’à la Fashion Week Haute Couture, a réussi en quelques années à imposer un style très particulier. Robes rocailleuses, écailles et impression 3D, la jeune femme conçoit ses robes comme une seconde peau pour qu’en découle non plus un vêtement hybride mais une femme hybride. La véritable œuvre d’art pour Iris c’est bel est bien le modèle qui porte ses créations.

Line-up before the ‘Ludi Naturae’ show, shot by @mollysjlowe. — #irisvanherpen #ludinaturae #parisfashionweek

Une publication partagée par Iris van Herpen Official (@irisvanherpen) le

Le mot de la fin de la Fashion Week

Il y a eu la grâce de Valentino ou encore la féerie de Schiaparelli mais dans la Haute Couture, tout est fastueux. Voici donc cinq pièces, issues de différentes maisons et qui ne peuvent que vous en mettre plein la vue !

Everything started with a Lesage embroidery swatch from Fall 1940 #Schiaparelli #HauteCouture collection featuring mother-of-pearl flowers. The embroidery came on a black dress that Elsa Schiaparelli owned and later donated to London’s V&A. Today, Schiaparelli design director @BertrandGuyon designs a wedding dress sprinkled with irises – one of Elsa Schiaparelli’s favourite flowers. Each bloom is embroidered once again by Lesage following the same original technique yet embellished with silver plate, #Swarovski multi-facetted crystals and silver metal thread. The long ivory silk crepe cape-gown is scattered with 54,795 Swarovski crystal-hearted mother-of-pearls. @swarovski @marionleflour #instaSchiap

Une publication partagée par Schiaparelli official (@schiaparelli) le

Oversized bows make their way through #ParisEstUneFête adding a sophisticated edge to the collection

Une publication partagée par ELIE SAAB (@eliesaabworld) le

Fall 2018 Details Matea Brakus by Inès Manai @bleumanet #proenzaschouler #psfall18 @bureaufuture

Une publication partagée par Proenza Schouler (@proenzaschouler) le

Surreal Satin <3 VR #ViktorandRolfCouture

Une publication partagée par Viktor&Rolf (@viktorandrolf) le