Faut-il succomber au kitsch ?

Couleurs flashy, grands classiques de la peinture vulgarisés à l’extrême, des messages débordants d’équivoques sexuelles…et si c’était ça le kitsch ? Si certains artistes adorent philosopher en affirmant que « le kitsch est partout et nulle part », le commun des mortels reste tiraillé entre l’envie d’arborer un haut rose pétant,  une jupe candy crush avant de parfaire cet outfit avec des tongs et entre un look minimaliste, très BCBG. Un sacré dilemme que la rédac a tenté de simplifier.

Roi du kitsch, Jeremy Scott et ses coqueluches (à l’instar des fol-dingues mode Katy Perry ou Miley Cyrus) essaient depuis de nombreuses saisons de nous décomplexer via une ligne pop art, colorée, joyeuse bref,  une audace stylistique qui nous parait souvent inadaptée pour aller au bureau. Idem pour Alessandro Michele qui suscite en nous des émois mais aussi des haut-le-cœur, comme si au lieu de nous apaiser, la mode pointait du doigt notre frustration en nous montrant des pièces hors-normes. Sauf que, normaliser une pièce c’est la reléguer au rang de l’anti-branchittude, du has-been…

Cet article pourrait vous intéresser : Alerte mode: le legging 100 % de chez Zara.

katy-perry-and-jeremy-scott-at-moschino-candy-crush-party-at-coachella-festival-in-indio-11
Candy Crush After Party at Coachella

En nous penchant sur la définition du kitsch, on était surpris de ne pas lui trouver de contours nets. Ce concept éminemment artistique reste flottant et est à mi-chemin entre un neuf clinquant et un vieux mémérisant, comprendre: entre passéisme et hyper-contemporanéité.

La solution ? 

Ne pas trancher et effleurer le mauvais genre, trébucher mais ne pas tomber dans l’ultra-kitsch qui aboutit à une tenue carnavalesque. Bref, éviter de se travestir tout en craquant pour des loafers rose fuchsia. La subtilité sera dorénavant votre BFF style. Le total look kitsch ? Que nenni puisque notre but c’est une authenticité vestimentaire avec une pointe de « funky ».

Nos compositions fashion: choisir UNE pièce dans un esprit « cucul la praline » (régression à fond) ou bien UNE pièce « Bois de Boulogne ». T-shirt, chaussures, jean, on maximalise avec une profusion de motifs, de couleurs, bref tout ce qu’on a secrètement eu envie de mettre. Ensuite, on contrebalance ce crush (cristallisé) avec des pièces sobres, minimalistes limite normcore. Pour illustrer ceci, on pourrait parler en termes d’ascèse vestimentaire: l’overdose de détails passerait PRESQUE inaperçue face à un pseudo-normcore. Votre haut tragibus au décolleté pigeonnant ne sera jamais vulgaire avec un jean droit et des baskets blanches. Du kitsch subtilement dosé qui trouve sa place dans une tenue a priori sage, voilà le secret.

Street-style-les-25-accessoires-les-plus-styles-de-la-Fashion-Week-de-Milan_exact1024x768_l

Vous pouvez aussi tabler sur des accessoires kitsch. On a une prédilection quasi innée pour les sacs et les chaussures qui plus ils sont extra-ordinaires (à prendre au sens de hors-normes donc de dépassement du standardisé) et plus ils vont twister une tenue « tristounette » sans pour autant basculer dans le mauvais genre. Et si, in fine, il valait mieux avoir une vision très personnelle du kitsch ? Comme Stromae qui en a fait son étendard ?loafers Gucci

couleur mloukiya

Mention spéciale pour la couleur… « mloukiya » !

Le cas Stromae et consorts : sans cesse imité mais jamais égalé:

Et pour cause ! Le kitsch fait partie de sa personnalité. Là, on est dans une autre dimension puisqu’on ne paraît plus kitsch : on est kitsch. Loin de se « déguiser », Stromae, Mika ou encore la pétillante Luce sont « le » kitsch. Pour eux, le mauvais genre passerait presque crème puisqu’il est le miroir de leurs personnalités. Faire du neuf avec du vieux, c’est le mantra de Luce. Cette rouquine avoue  se « contrefoutre de la mode » car elle a « sa propre mode, ses propres codes du style », ses « stylèmes » vestimentaires qui, comme on vient de le dire, épousent sa personnalité.

Mauvais genre ou pas ? On a toujours taxé le kitsch de faute de goût horripilante alors qu’on n’avait pas de définition claire. Le kitsch n’est pas une « notion » pré-établie. Une attitude ? Un vêtement ? Une philosophie de vie ? C’est aussi hétéroclite que ces trois réponses réunies ensemble. Mais ce qui est sûr c’est que la mode, c’est du décalage en permanence et pour ce faire, on vous a choisi des pièces super cool pour un look alluré et un « poil » kitsch, l’air de rien !

Street style ou le kitsch mesuré, current_mood : farces et attrapes !

DenimLayering-Sandra-Semburg-Vogue.fr_

lhmag-lhommeetlatendance-l-imprime-regressif

Idées shopping