Festival International du Film de Dubaï : La Tunisie primée !

Cette année s’est tenue du 9 au 16 décembre la 12è édition du Festival International du Film de Dubaï (DIFF 2015) qui comme à son habitude récompense les meilleurs films arabes. Et cette année, 2 films tunisiens font parti du lot, et nous en somme très heureux !

diff-2015-dubai-international-film-festival-02

Ce festival fondé en décembre 2004 est le principal festival de cinéma dans le monde arabe. Depuis sa création, il a servi de plate-forme autant pour les cinéastes arabes influents que pour les jeunes talents.

Sa mission principale  « célébrer l’excellence dans le cinéma, en l’utilisant comme un moyen de promouvoir un dialogue ouvert entre les cultures et les nations ». C’est dans ce sens que cette année, 120 films internationaux ont été sélectionnés, entre longs et courts métrages de fiction, et documentaires.

Parmi ce florilège des meilleures productions cinématographiques arabes du moment figurent 4 films tunisiens, dont 2 récemment primés aux Journées Cinématographiques de Carthage (JCC) de cette année.

a-peine-j-ouvre-les-yeux-diff-2015

Ces derniers sont le long métrage de fiction « A peine j’ouvre les yeux » de Leïla Bouzid et « Diaspora » de  Alaeddine Abou Taleb, qui a remporté le Tanit d’or des JCC dans la catégorie courts-métrage.

Les 2 autres films sélectionnés au DIFF 2015 sont le long-métrage de fiction « Chbabek El janna » (Les frontières du ciel) de Farès Naânaâ et « Ghasra » (Boule de neige) de Jamil Najjar.

Deux d’entre eux ont eu la chance d’être récompensés : « A peine j’ouvre les yeux » de Leïla Bouzid, a remporté le grand prix du festival . Le  film vient aussi d’être primé  lors du  Festival du Cinéma Méditerranéen de Bruxelles . Sa sortie tunisienne est prévue pour le 13 janvier .

_les-frontieres-du-ciel

Le second a été raflé par Lotfi Abdelli puisqu’il a remporté le prix de la meilleure interprétation masculine pour son rôle dans  « Chbabek El Janna », « l’un des plus beaux rôles que j’ai joué au cinéma » a confié l’acteur lors d’une interview. Et pour cause, ce film, tout en subtilité est un drame tunisien qui nous invite au cœur de la vie d’un couple en pleine souffrance.

diff-2015-dubai-international-film-festival-01

Un grand Mabrook donc aux « Frontières du Ciel » et en particulier à Lotfi Abdelli !

Nos félicitations vont aussi à Leïla Bouzid pour avoir eu le Muhr, prix du meilleur film d’interprétation!