INTERVIEW: Hanene Eleuch parle de son parcours, de la mode et de «Gypset Vibes»…

Tous les pays, dans le monde entier, ont une it-girl du moment où on ne parle que d’elle, de son allure et de ses projets. Pour la Tunisie, c’est Hanene Eleuch qui assure ce rôle actuellement avec ses posts Instagram qui propagent une certaine positivité, ces stories où elle part découvrir de nouvelles cultures dans d’autre continents et, plus important encore, sa propre marque de vêtements; Gypset Vibes. Voici son interview avec FFDesigner Mag où les deux partis se sont tutoyés, suite à sa demande, pour être plus à l’aise dans la conversation et où inspiration, dévouement et imagination étaient au rendez- vous.

Cet article pourrait vous intéresser : Naksha Handcrafted ou le raffinement made in Tunisia

FFD: Bonjour, bonjour! Hanene Eleuch, architecte d’intérieur, femme d’affaires et chef de projets dans l’évènementiel. S’ajoute ensuite le monde de la mode dans ta carrière. Comment as-tu décidé de te lancer dans cette nouvelle expérience?

 HE: Bonjour, FFD! Tout d’abord, en 2013, j’ai travaillé pour une boite américaine de conseils en stratégie, le Head Office qui se situait à Beyrouth. Je faisais, donc, beaucoup d’aller-retour sur cette ville, berceau de la mode au Moyen-Orient. Etant passionnée de fashion depuis toute jeune, j’ai commencé à réaliser quelques modèles avec de jeunes artistes. Et en rentrant à Tunis, c’était vraiment «l’émeute»! (rire). Tout le monde voulait la même chose! C’est ainsi que j’ai décidé de mettre un pas «officiel» et «professionnel» dans le métier, en devenant conseillère de quelques marques, l’égérie de plusieurs autres…

FFD: Et tu as assurée à tes débuts, à coups sûrs! Mais en ce qui concerne «Gypset Vibes», Coco Chanel a nommé sa marque «Chanel». Gianni Versace a nommé sa marque «Versace». Pourquoi Hanene Eleuch n’a pas nommé la sienne «Eleuch»?

HE: Je n’ai pas appelé ma marque «Hanene Eleuch» car je préfère que mes clientes s’identifient plus à mon univers qu’à mon nom. Le nom «Gypset», composé des mots «gypsy» et «jet-setteur», rappelle d’un côté les strass, les paillettes, le glamour et d’un autre côté les couleurs du monde des gitans et leurs voyages, la fluidité et la légèreté des tissus. Il faut dire que j’ai beaucoup d’ambition pour la marque, je souhaite la développer principalement à l’international afin de mettre en valeur la technicité et le savoir-faire Tunisien.

FFD: Ah, on comprend mieux, maintenant! Gypset Vibes: un nouveau concept avec un peu de sobriété et beaucoup de fluo. De quoi ou par qui t’es-tu inspirée dans la création de ta ligne de vêtements et la combinaison de tes tenues?

HE: Mon inspiration vient, principalement, de mes voyages à travers le monde. Je suis toujours à l’affut de petits détails de forme ou de couleur qui seront le fil conducteur de toute une collection! Je m’amuse à mixer des pièces contemporaines avec des pièces anciennes pour un rendu qui me ressemble: une Tunisienne des temps modernes.


FFD: Justement, Gypset Vibes présente des articles très originaux avec des formes géométriques associées aux pompons en y ajoutant une touche de lamé. Et ceci n’est qu’un exemple parmi d’autres que plusieurs femmes n’oseront peut-être pas porter. Donc, quelle est ta cible de femmes capables de s’identifier à ta marque?

HE: Je souhaiterais que toutes les femmes puissent trouver leur propre style en s’inspirant de mon univers. Ma cible est donc très large: La femme active, la jeune fille et même les grand-mères qui sont nombreuses à me suivre sur Instagram. (sourire)

FFD: Tout à l’heure, tu as mentionné Beyrouth comme étant le «berceau de la mode du Moyen-Orient» pour y travailler. As-tu pris la bonne décision d’en faire ton deuxième point de vente, étant donné que les Tunisiennes et les Libanaises n’ont pas forcément les mêmes goûts et les mêmes tendances?

HE: J’ai un amour spécial pour le Liban, depuis toute jeune. Je pense que c’est vraiment le pays par lequel toutes les fashionistas du monde Arabe passent. Même si la situation n’est pas stable dans cette région, Beyrouth reste toujours le fief de la mode. Il m’était, donc, impossible de ne pas y déposer quelques modèles. (sourire)

FFD: Persévérante comme toujours! Parle-nous un peu de ta nouvelle collection qui sera lancée, le 10 Novembre. Comment se distingue-t-elle de la précédente?

HE: La nouvelle collection est, bien évidemment, moins colorée que celle de l’été. Elle suit la tendance des tons moins colorés, comme son nom l’indique; une collection automne-hiver. Il y a quelques modèles dédiés aux fêtes, avec beaucoup de paillettes et de brillance. Des robes smoking, pour mettre en valeur les différentes silhouettes des femmes. Sans oublier me petite touche perso, le «Keffieh». Une mini-collection coup de cœur qui mélange le foulard Palestinien, la dentelle, la soie et le cachemire.

 

FFD: Il nous tarde vraiment de la voir! Mais tu as dit «une collection moins colorée», pouvons-nous nous attendre à une collection sobre, au futur?

 

HE: Une collection moins colorée mais toujours avec une touche d’originalité. Je me suis appliquée pour combiner formes, couleurs et textures. Une collection, peut-être, plus adaptée à tous les goûts mais je tiens à préciser qu’il y aura bien évidemment deux ou trois pièces extravagantes pour celles, justement, qui osent… Ou qui oseront enfin!

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Who’s who 🧐 Gypset Girls from the Back – sister sister 👭 #gypsy #gypset #jeanJacket #militaryJacket #fashion #EleuchGirls @hanene_eleuch @doniabm_eleuch

Une publication partagée par Gypset (@gypset_vibes) le

FFD: C’est assez satisfaisant, tant que la signature de la marque est toujours là: authenticité et extravagance. Décris-nous ta vision de Gypset Vibes dans  10 ans: 

HE: Gypset dans 10 ans? Que des rêves, que des ambitions. Une couv’ dans Vogue Arabia, peut-être, présentée un peu partout dans le monde et surtout, montrer une image de la Tunisie différente de l’habit traditionnel classique.

FFD: Qui sait? Peut-être qu’on la verra au MET Gala de 2019! Le thème sera «Camp: Notes on Fashion» donc les motifs bédouins de Gypset iront comme un gant! Cela dit, peux-tu envisager une collaboration avec une autre marque? 

HE: Le Met GALA serait une fabuleuse consécration, en effet. Pour ce qui est d’une collaboration, il y en a une qui est déjà en cours avec Naksha Handcrafted. Quelques modèles seront explosés à Beyrouth, d’ailleurs. Un parfait mélange de nos deux styles, de couleurs et de broderies artisanales adaptées au goût des femmes des quatre coins du monde.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

When @gypset_vibes and @naksha_handcrafted merge one more time to make tradition and modernity rocking Beirut #darwichDancers #on #hayakLinen #blingiton #embroidery #newcollection #beirut #lebanon

Une publication partagée par Hanene Eleuch (@hanene_eleuch) le


FFD: Parfait! Dernière question: S’il y avait une rencontre entre Hanene Eleuch d’aujourd’hui et Hanene Eleuch quand elle avait 17 ans, qu’est-ce que tu lui dirais?

HE: Je lui dirai: «Prends tout ce qu’il y a à prendre. Apprends de ceux qui veulent bien t’apprendre beaucoup de choses et te donner des plus. Toute rencontre est constructive, toute visite est riche. Sois toi-même, continue à être humble et laisse ton cœur te guider… »

Tout ce qu’on peut dire à Hanene, c’est que sa version adolescente sera hyper fière de savoir ce qu’elle deviendra: une découverte pour nous tous!