People sphère: Happy birthday Emily Ratajkowski !

Emily Ratajkowski, le top sulfureux au nom impossible à googler a aujourd’hui 26 ans. Propulsée sur le devant de la scène grâce au clip très hot Blurred Lines, la reine du topless -et des poses lascives sur instagram- a cependant plus d’un tour dans son sac. 

un pavé dans la mare

Le selfie iconique avec Kim K auréolée d’un #libérées riche de sens.

Côté look

Le top doit sa plastique avantageuse à un mélange ethnique. Polonaise, allemande, américaine et née à Londres, son arbre généalogique est une mappemonde à lui tout seul. Cette diversité culturelle influence son conteste son look. Bouche pulpeuse souvent nude, yeux de biches et cils extra-longs, bonnet D affirmé et mis en avant, si Emily est souvent taxée de bimbo, les « qu’en-dira-t-on » ne l’empêchent pas de porter des tenues très légères, dévoilant sans fard  son corps de déesse. Du transparent, de l’échancré et souvent…en costume d’Eve, Emily tient  cette ouverture d’esprit de ses parents, artistes bohèmes bien dans leurs godillots. Mais Emily sait aussi faire dans le soft. Exit décolleté pigeonnant et maillot une pièce version Alerte à Malibu comme celui arboré lors d’une virée entre copines (une virée très spéciale aux Bahamas avec un squad des plus caliente), l’actrice (souvenez-vous, elle était en tête d’affiche de Gone Girl) opte pour un pull noir et un jean mom en ville sans oublier ses fameuses lunettes d’étudiante en arts plastiques (la miss a été admise à UCLA). Un look qu’elle cultive à dessein et allant ainsi de pair avec son penchant pour la poterie, la peinture et l’écriture. « Chienne savante » ? Emily est beaucoup plus que cela !

 

Emily, it-girl néo-féministe ? 

 

Circa 1994

Une publication partagée par Emily Ratajkowski (@emrata) le


Mon corps, ce héros, voici le mantra de celle qui, à treize ans, affichait déjà un bonnet D et devait « (s)e cacher, une fille comme toi, il faut te faire discrète. » des mots qui résonnent encore dans le for intérieur de ce « bébé femme ». Si aujourd’hui, Emrata inonde les réseaux sociaux de clichés « topless », c’est pour militer à sa manière. Ayant rédigé un billet pour le Glamour US dans lequel elle défend bec et ongles sa vision du « féminisme », Emily nous prouve au quotidien, via des selfies non dénués de charme, qu’une femme sexy et sensuelle est aussi intelligente. Cette dernière est munie d’une verve double: celle de pouvoir disserter sur la dernière boutique à la mode tout en faisant le plaidoyer de son politicien préféré. Victime de sexisme, elle confesse toujours au Glamour US « notre société n’admet pas qu’une femme puisse être sexy, sûre d’elle et avoir des convictions politiques. (…) Alors que les hommes font ce qu’ils veulent sans qu’on leur pose de question. » une vérité trop souvent bafouée que le top pointe du doigt, à la moindre occasion.

Le débriefing de la rédac’ 

Alors oui, on peut se targuer de dire qu’il est facile pour une midinette de 26 ans, bien gaulée et soutenue par des milliers de followers d’être à l’aise dans son simple appareil, que oui, la nudité ne choque plus et que le côté « artiste engagé » du mannequin est à prendre avec des pincettes. Or, Emily peut se vanter, à son tour, de son audace, de sa grande gueule (qui peut très vite devenir casse-gueule) et d’une self-esteem qui ferait pâlir plus d’un esprit phallocrate et rien que pour ça, on lui tirerait volontiers notre plus belle révérence.

Happy Birthday  et continue à nous faire rêver, même si ton féminisme est un peu gauche, parce qu’on en a besoin, plus que jamais !