Hommage à celle qui a libéré la femme par sa penderie

Coco Chanel

 La grande dame de la couture

Nous avons tous dans la tête l’image de ce créateur par qui la mode a commencé, ce visionnaire qui a fait que chaque femme se sente féminine en arborant l’une de ses pièces, cette magie, on la doit à la grande dame de la couture; Coco Chanel. Entre lunettes fumées, élégance, luxe, et classicisme, Coco a fait que tous les créateurs d’aujourd’hui s’inspirent de la légendaire maison rue Cambon.

coco-chanel-photo-douglas-kirkland-bLa petite Gabrielle Bonheur Chanel, qui, plus tard sera connue sous le nom de mademoiselle ou Coco Chanel, n’a pas eu une enfance facile. Elle se retrouve confrontée à la rigueur de la vie en étant placée avec sa petite sœur dans une institution dirigée par une communauté religieuse, à l’âge de 12 ans. Cette amertume, on la retrouve dans chacune de ses futures créations.

A 17 ans à peine, une fois sortie de l’orphelinat, elle s’essaie à la chanson, en empruntant les pas de son idole; « Mistinguett », star du moment. Elle chante alors dans des music-halls, mais ne trouve pas le succès escompté. Cette expérience lui vaudra un surnom: « Coco », tiré d’une chanson qu’elle a interprété : « Qui qu’a vu Coco dans l’trocadéro ».

Une rencontre lui offrira une autre destinée que celle des cabarets. Étienne Balsan, ancien officier, et passionné des chevaux de courses, tombe sous son charme. Il l’enlève et va lui faire vivre la vie de château.
Durant une année où elle s’ennuie dans les rouages de la haute société, Coco se met à confectionner des chapeaux et autres faux-bijoux, mais son amant le considère seulement comme une lubie sans importance.

C‘est en rencontrant l’amour de sa vie, Arthur « Boy » Capel, un joueur anglais de Polo, qu’elle verra la vie lui sourire. Il lui offre sa première boutique « Chanel Modes », 21 rue Cambon, là où Coco fera ses premiers pas en tant que styliste en créant des modèles pour les belles parisiennes, en brisant les codes de la mode actuelle, car guerre oblige, on a du mal à trouver les tissus adéquats aux vêtements raffinés de la haute société. Coco n’en a que faire. Elle coupera ses robes dans le jersey…
Elle abandonne ainsi le corset -pièce essentielle de la garde-robe féminine- et confectionne des modèles élégants où la femme peut se sentir libre de ses mouvements. Elle décide de célébrer l’émancipation féminine, et c’est ainsi qu’elle se coupe les cheveux à la garçonne et devient…

« la première femme aux cheveux courts ».

Le succès se fait sentir, et Chanel est à la tête d’une entreprise qui emploie plus de 300 couturières. Elle décide de rembourser Arthur Capel, car elle ne veut dépendre de personne. A la mort de ce dernier, elle noiera son chagrin dans le travail, et continuera sur sa lancée en créant « Chanel N°5 », jusqu’à aujourd’hui le parfum le plus vendu dans le monde.

Les femmes trouvent dans les créations de Coco une qualité étrange au style conventionnel des années 20: la liberté. Car les créations de la  grande dame se reposent sur la praticité avant tout. La maison Chanel est désormais considérée comme la quintessence de la modernité, spécialement avec la naissance de la petite robe noire, que les rédactrices de mode outre-atlantique adoubent.Sans-titre-2 (1)

Pour ses collections, Coco s’inspire de ses voyages, des hommes qu’elle a aimés, et de cette liberté qu’elle revendique. Elle crée ainsi des toilettes raffinées pour une femme émancipée, et emprunte au vestiaire masculin un large nombre d’éléments, tels que le tweed, les ganses d’uniformes, les pantalons ou les larges boutons…
D’une intensité et d’une ardeur sans faille, Coco a révolutionné le monde des femmes en créant une nouvelle façon de concevoir la féminité.

Un modèle, une « voyante », qui a été mainte fois copiée, mais jamais égalée…

« Article paru dans le numéro 05 du -octobre- novembre 2014 »