Les hommes sont-ils plus accros au sexe que les femmes ?

Oui, il faut bien reconnaitre que ces chers messieurs jouissent d’une réputation d’accro au sexe ou du moins de créatures qui préfèrent cet acte aux effusions d’expressions affectives. On dit d’ailleurs souvent que les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus pour expliquer ce décalage totale dans leur façon de voir les choses. Mais cela veut-il dire pour autant que les hommes sont des bêtes sans cœur et qu’il sont plus accros au sexe que les femmes ?

cet article pourrait vous intéresser : 10 choses qu’on ne savait (probablement) pas sur le baiser

Un cliché qui a la peau dure

L’idée que les hommes sont plus accros au sexe alors que les femmes sont fans de parlotte et de sentiment est vieille comme le monde. Elle nous viendrait de nos ancêtres, puisque les hommes avaient l’habitude d’aller chasser. Cet élan –celui du chasseur- leur serait resté dans les gênes. Du coup, il perceveraient la femme comme une proie, au mieux comme une conquête. Certes, c’est une manière de voir les choses, certes un peu restrictive. L’acte sexuel est, dans ce contexte, vécu comme une performance ou comme un acte de domination. En bref, c’est uniquement sa dimension physique qui est mise en avant. N’est-ce du coup pas limitatif ? Pire, réducteur pour la gente masculine ?

L’homme moderne a des sentiments

 

via GIPHY

Dans nos temps modernes, l’idée de l’homme de cro magnon commence à être dépassée ! Et à raison d’ailleurs ! Et l’homme est révélé comme un être qui ressent, un être émotionnel qui est plus complexe que la simple image du mâle fort et insensible plebiscitée par les médias. D’ailleurs, il y a eu à ce sujet une étude parue dans le Wall Street Journal en 2013. L’équipe de psychologue qui l’a mené a révélé que les hommes, dans leur désir charnel sont en fait animé par un puissant besoin émotionnel. C’est par l’acte physique que la gente masculine exprimerait le mieux ses émotions, contrairement à la gente féminine qui, elle préfère les mots et les longs discours.

L’acte sexuel serait pour ce dernier le langage de l’intimité.

Tous égaux face au sexe

Le fait que les rapports charnels soient vécus différemment par les hommes et par les femmes parait normal, vu qu’ils sont différents en bien des choses. Mais cela veut-il pour autant dire que la différence se situe aussi au niveau de l’intensité ? Que les hommes en voudraient plus ? Pas forcément. Une autre étude réalisée en 2011 et publiée dans The Journal of Sex Research a fait paraitre, suite à une enquête réalisée auprès d’étudiants âgés de 18 à 25 que, même si les hommes pensent un peu plus au sexe au cours de la journée que ne le font les femmes, ils pensent aussi plus que ces dernières au sommeil et à la nourriture. Il est à noter qu’au final, ces messieurs pensent autant à la nourriture qu’au sexe. Ne pourrait-on pas dire alors que lorsqu’on en vient à nos besoins vitaux en général –alimentation et sommeil et sexe compris-, ces messieurs sont plus concernés ?

via GIPHY