Insta’ Crush : Girl Gaze, le compte Instagram qui nous veut du bien

Un bouton disgracieux par-ci, un bourrelet par-là, une image hétéro-normée à laquelle on essaie, tant bien que mal, de se conformer et un mal-être profond qui s’installe en nous, presque à notre insu, voici ce qu’essaie de bannir Girl Gaze (traduction: regard féminin).

Une ode au féminin

girlgaze

La beauté n’a pas de frontières

Ici, tous les corps se valent. Idem pour les sexualités. Poésie d’un couple d’amoureuses, vergetures photographiées avec pudeur, un ventre tout en « plis », comme une piqûre de rappel pour nous dire qu’un corps, c’est aussi un recueil d’ondulations et des femmes qui se donnent, sans fard à l’objectif de Kimbra Audrey, voici Girl Gaze. Jeune photographe new-yorkaise basée à Paris, Kimbra a choisi la plateforme Girl Gaze comme un terrain d’expression et d’expérimentations. Mannequin de formation, la jeune femme se dit lassée de la superficialité de ce milieu, où tout « me semblait faux, et j’ai voulu créer des photos honnêtes, réelles. Alors je shoote au film et ne retouche jamais mes images, je trouve la beauté dans les imperfections naturelles. ». De là est née son ambition de parler de femmes et de féminin, sans tabou.

Ethereal vibes on Polaroid by @marionlanciauxpolaroids | #girlgaze

Une publication partagée par #girlgaze (@girlgazeproject) le

Take care of our youth, they are hope. They are the future. | by @ethel #girlgaze

Une publication partagée par #girlgaze (@girlgazeproject) le

Contourner la censure

Sexualité, règles, dépression, tout ce qu’on peine à raconter est exploré avec une justesse déconcertante. La profondeur d’un regard suffit à mimer nos pensées les plus noires. Ici, pas de mots mais des corps qui s’entrelacent, qui se mettent à nu, qui se dévoilent sans jamais tomber dans les « a priori » afin qu’on se sente mieux. Aucun cliché n’est retouché à dessein afin de contrer ce qu’on voit sur papier glacé. Girl Gaze a de ce fait réussi à aller au-delà de la censure sociétale mais aussi de celle de la toile.

Azaj, 17, transgender girl, Oakland. « It is really different living as myself. I never thought that this would be happening. Before I felt like I was always trying to squeeze into jeans that were 6 sizes too small, but now it feels like am in jeans that were made just for me. I don’t feel uncomfortable. I am not always sad or overly upset. I am free. I now feel like I have a purpose. I no longer wake up hating myself or this world that does not understand me. I wake up with a smile, not because my life is so great, but because I love who I am. I am a lover. I want to spread love everywhere I go. I want people to see me and think of my struggles. I want to be the reason people fight to be who they are. I love myself and I know who I am at the moment. I feel like I have a reason to live. I know I will do great things and I want to be the person that girls like me look up too. I no longer feel like I can’t do things, it’s more like how am I going to get it done. » Being transgender is not a choice, although we do choose to transition. Call us as we tell you, not as you see us. » | by @trittscamera #girlgaze

Une publication partagée par #girlgaze (@girlgazeproject) le

Wisdom from a horoscope | 🌸@pinkrabbitfootdiary #girlgaze

Une publication partagée par #girlgaze (@girlgazeproject) le

Un combat 100% féminin

Présentatrices télé, photographes et mannequins femmes, Girl Gaze est un projet mené de bout en bout par des femmes, pour les femmes. On note une approche plus intime du corps féminin, une forme de candeur et de respect qui exacerbe la beauté (prise dans son état le plus brut) de toutes. Ce qui est aussi d’emblée saisissant c’est d’autant plus l’aisance avec laquelle Kimbra parle de dépression, un thème encore tabou, difficile à cerner dans une société « mainstream ». Etant elle-même dépressive, Kimbra a fait de cette maladie la leitmotiv de son œuvre tout en mettant en relief la portée cathartique de Girl Gaze. « Très peu représentés », voire totalement ignorés dans certaines sociétés, anxiétés, dépression et mal-être sans ici artistiquement repris, sans toutefois tomber dans les clichés et les jugements cliniques.

« I will never modify my body to accommodate a man » #afropunk2017 #AFROPUNKFEST » | @amina_maya #girlgaze

Une publication partagée par #girlgaze (@girlgazeproject) le

<blockquote class= »instagram-media » data-instgrm-captioned data-instgrm-version= »7″ style= » background:#FFF; border:0; border-radius:3px; box-shadow:0 0 1px 0 rgba(0,0,0,0.5),0 1px 10px 0 rgba(0,0,0,0.15); margin: 1px; max-width:658px; padding:0; width:99.375%; width:-webkit-calc(100% – 2px); width:calc(100% – 2px); »><div style= »padding:8px; »> <div style= » background:#F8F8F8; line-height:0; margin-top:40px; padding:62.5% 0; text-align:center; width:100%; »> <div style= » background:url(data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAACwAAAAsCAMAAAApWqozAAAABGdBTUEAALGPC/xhBQAAAAFzUkdCAK7OHOkAAAAMUExURczMzPf399fX1+bm5mzY9AMAAADiSURBVDjLvZXbEsMgCES5/P8/t9FuRVCRmU73JWlzosgSIIZURCjo/ad+EQJJB4Hv8BFt+IDpQoCx1wjOSBFhh2XssxEIYn3ulI/6MNReE07UIWJEv8UEOWDS88LY97kqyTliJKKtuYBbruAyVh5wOHiXmpi5we58Ek028czwyuQdLKPG1Bkb4NnM+VeAnfHqn1k4+GPT6uGQcvu2h2OVuIf/gWUFyy8OWEpdyZSa3aVCqpVoVvzZZ2VTnn2wU8qzVjDDetO90GSy9mVLqtgYSy231MxrY6I2gGqjrTY0L8fxCxfCBbhWrsYYAAAAAElFTkSuQmCC); display:block; height:44px; margin:0 auto -44px; position:relative; top:-22px; width:44px; »></div></div> <p style= » margin:8px 0 0 0; padding:0 4px; »> <a href= »https://www.instagram.com/p/BYUIvOUl0xP/ » style= » color:#000; font-family:Arial,sans-serif; font-size:14px; font-style:normal; font-weight:normal; line-height:17px; text-decoration:none; word-wrap:break-word; » target= »_blank »>Girls by Girls project by @amandinekuhlmann | #girlgaze</a></p> <p style= » color:#c9c8cd; font-family:Arial,sans-serif; font-size:14px; line-height:17px; margin-bottom:0; margin-top:8px; overflow:hidden; padding:8px 0 7px; text-align:center; text-overflow:ellipsis; white-space:nowrap; »>Une publication partagée par #girlgaze (@girlgazeproject) le <time style= » font-family:Arial,sans-serif; font-size:14px; line-height:17px; » datetime= »2017-08-27T22:50:52+00:00″>27 Août 2017 à 15h50 PDT</time></p></div></blockquote> <script async defer src= »//platform.instagram.com/en_US/embeds.js »></script>

You are beautiful. Your body is sacred. @4locrow #girlgaze 🌸

Une publication partagée par #girlgaze (@girlgazeproject) le


Girl Gaze a fait l’objet d’une exposition.

Quant aux clichés qui ne cessent d’alimenter ladite plateforme, ils seront bientôt compilés dans un livre. Sinon, aimez-vous telles que vous-êtes et sachez que la perfection est inhérente à l’artifice.