Instagram est-il devenu un terrain de jeu artistique ?

Si on devait ajouter un capital à la liste dressée par Bourdieu, on voterait TOUS pour le capital artistique. Aujourd’hui, on crée via les réseaux sociaux et plus particulièrement via Instagram. Version stories, filtres modulés au gré de notre « mood » ou photos ingénieusement retouchées par nos soins, l’insta-sphère est devenue, en quelques années, une sorte d’atelier d’artiste où pratiquer « l’art » ne rime pas avec accessibilité géniale.

Voici des comptes instagram qui prouvent que l’amateurisme est la clé de la réussite…3.0.

L’univers girly/trashouillard de @Cecile_Hoodie

Du rose bonbon pour mettre en avant un rail de coke multicolore ? Une capture d’écran du sulfureux American Psycho de Bret Easton Ellis dans une chambre d’ado ou encore, une serviette hygiénique métaphorisant « l’amour pendant les règles » ? L’univers de Cécile, jeune trentenaire, maman férue de Nirvana et de Virgin Suicides de Sofia Coppola, oscille entre mièvrerie enfantine, tabous sociétaux et lucidité d’adulte. Chaque jour, la jeune femme se rebelle « artistiquement » en postant des collages profondément personnels tout en ayant un impact –visuel et cérébral- sur ses abonnées. Bien qu’elle ait eu une formation artistique, Cécile avoue avoir « été autodidacte et j’ai mis un certain temps avant de comprendre comment faire des photos avec des éclairages colorés qui ressortaient bien à l’image. » Ainsi, on retrouve en filigrane cette philosophie du DIY –Do it yourself- qui démocratise « l’Art » dans son sens parnassien –dédié à une élite et de facto, ésotérique- étayant une nouvelle fois l’idée d’amateurisme 3.0.

Summer vacation 🎉🏝🌺 #holiday #vacation #summer #fucktheschool #fuckthework

Une publication partagée par Cécile✨(📷all my pics) (@cecile_hoodie) le

No dick pics please #toy #computer #pink #sendnonudes #message #screen

Une publication partagée par Cécile✨(📷all my pics) (@cecile_hoodie) le

We all need… #letters #word #hurt

Une publication partagée par Cécile✨(📷all my pics) (@cecile_hoodie) le

Daisy mortem et leur « little dark universe »

Certes, les Daisy Mortem sont un trio de jeunes bordelais qui font de la musique mais, au-delà du fait qu’ils poussent la chansonnette en gesticulant d’une manière un peu –ceci est un euphémisme- plus lascive que les Talking Heads, les DM s’adonnent à des performances dignes des meilleurs happenings. Ayant cultivé un « look » mi-queer, mi-raveurs survoltés, les Daisy Mortem ont misé sur Instagram pour faire passer leur-s messages-. « La vie c’est mort », le « corps est un tyran » et la distance « une cage », ces jeunes gens modernes vulgarisent nos cours de philo –coucou Platon-, le théâtre de l’absurde et les vieilles mimiques du Joker, le meilleur ennemi de Bateman, à coups de vidéos énergiques et de mélodies aussi mortuaires qu’énergisantes. C’est donc « normal » qu’on parle d’un groupe génialement bizarroïde dans ce spécial coup de cœur artistique, 100% digital.

thx @heeboo_officiel ❤

Une publication partagée par Daisy Mortem (@daisymortem) le

@mercibeaucul rien à ajouter

On parle sexo sur Instagram mais attention, on en parle avec finesse et subtilité. No fast sex, @mercibeaucul tord le cou à tous ces clichés relatifs à la féminité, à la sexualité et … au plaisir en solo ou à deux –voire plus-. En mettant dos à dos révélations « hot » et feed artistique, @mercibeaucul aborde la sexualité d’une manière artistique, colorée et presque joyeuse. Alors qu’est-ce que vous attendez pour faire l’amour et arrêter de guerroyer ?

So-do-ré-mi-fa-sol-so-do-mi 🎶 . C’est un plaisir que beaucoup expérimentent à deux mais que tu peux aussi découvrir seul/seule (ça peut justement te permettre de te libérer de la peur du regard de l’autre s’il y a quoi que ce soit qui arrive 💩🤭) . Tu peux aussi découvrir le plaisir anal autrement que par la sodomie. Par exemple, tu peux commencer en intégrant dans ta masturbation ou dans tes rapports des doigts, de la stimulation orale, ou bien encore un plug anal, voire un rosebud. La lourdeur et la froideur du métal offrent des sensations vraiment sympa qui te permettent de prendre conscience du potentiel érogène de cette zone. Il en existe de tailles différentes et ça aide vraiment à préparer le corps à la sodomie, en détendant progressivement les muscles qui bordent l’anus. Et puis c’est plutôt joli. . Ma chérie, pendant un rapport vaginal, le plug ou le rosebud, s’il est de taille adaptée, va effectuer une pression sur la bite de ton partenaire (potentiellement + de plaisir pour lui), et également de ce fait une pression vers ta zone G (potentiellement + de plaisir pour toi). Privilégie les modèles de petite taille pour commencer et… tadaa ✨ . 📷 @maisiecousins

Une publication partagée par Merci Beaucul 🗿 (@mercibeaucul_) le

🌡 Mood du mercredi 🌡 . 📷 : @cecile_hoodie . (Ya qui d’autre qui a envie de niquer ?🙋‍♀️)

Une publication partagée par Merci Beaucul 🗿 (@mercibeaucul_) le

« La régulation des règles était déjà pratiquée par les anciens Egyptiens qui se servaient de douches de miel, de bière légère, d’ail, de vin, de phénol ou de fruits miraculeux pour réguler le flux. » . le savions-tu ? . 🌹Dans certaines cultures, le sang des règles était même considéré comme magique. Ce côté mystique qui en faisait flipper certains, en attirait d’autres qui tâchaient d’en comprendre et d’en utiliser les pouvoirs dans des potions et médications #cestptetrecalingredientsecretdansasterix 🤷‍♀️ . 🌹Les premiers prototypes de tampon remontent à l’époque des Babyloniens ! (environ 2000 ans avant JC) . 🌹Les Laponaises qui avaient leurs règles avaient pas le droit de marcher sur le côté de la plage où les pêcheurs déchargeaient les poissons. Voilà. . 🌹Au XVIè, Paracelse, alchimiste et médecin, voyait le sang des règles genre comme un poison carrément. Il disait qu’avec, le diable en faisait des araignées, des puces, des chenilles bref genre c’était la base de la recette des insectes quoi #lemecestpasdeep . Comment tu vois tes règles toi ? Art : @toiletpapermagaddiction . Source : « Le sang menstruel » Champs psychosomatiques n°40

Une publication partagée par Merci Beaucul 🗿 (@mercibeaucul_) le

https://www.instagram.com/p/BjpbJiOFkcp/?hl=fr&taken-by=mercibeaucul_

@SaintHoax, le saint des saints

Activiste syrien, Saint Hoax a dû emprunter un pseudonyme pour éviter la censure. Faisant rimer pop culture et politique afin de créer, ce qu’il appelle, la poplitique, Saint Hoax se réapproprie les dessins-animés et les contes de notre enfance (Même Blanche Neige y passe) pour les parodier, les détourner ou encore, en faire une mimesis sociale –mention spéciale pour la Belle au bois dormant sous Xanax-. Lors de la dernière campagne présidentielle, l’artiste 3.0 n’a pas manqué de parler politique en combinant la starification de Trump au glamour des Kardashian. Une vraie pépite ! Bref, Andy Warhol a donné plein d’idées à ces nouveaux artistes 3.0

Going through Insta stories like… ⚠

Une publication partagée par Saint Hoax (@sainthoax) le

Nothing is Kim-possible

Une publication partagée par Saint Hoax (@sainthoax) le

Mid-year meltdown 🤡

Une publication partagée par Saint Hoax (@sainthoax) le

@fucmyeyes un compte où on parle beaucoup d’art et peu de sexe –désolée-

Réchauffement climatique, robotisation de l’humain versus humanisation des robots ou encore, pixéliser ce qu’il faut « montrer », le décent, et a contrario, montrer ce qui dérange –le hors-normes-, voici en quelques mots l’univers glacial et hautement ingénieux de @fucmyeyes. Aimant les chiasmes, cette figure stylistique qui fait croiser deux contraires pour aboutir à une sorte de retour à la case départ, le mystérieux « fuc »myeyes –qui déroute vraiment notre rétine- nous livre nos propres paradoxes, les intègre pour nous les recracher usant, en ce sens, de la fugacité d’un post Instagram, de son instantanéité mais surtout, du choc visuel qu’il provoque en quelques secondes. Ayant compris les codes de ce médium, @fucmyeyes joue à fond la carte du cognitif.

Pour ses campagnes, Alessandro Michele aborde Instagram comme ses homologues artistes du hashtag inventif. Memes hilarants, aliens human-gnifiés (gardant une part d’humanité et magnifiés par la magie de la « mode ») ou encore, décor de « collectionneur compulsif » (ID Magazine), la mode s’est, elle aussi, éprise de l’aspect toile de peintre d’Instagram. En faisant la part belle à toute forme de création et a fortiori, d’expression, Instagram est devenu une sorte de Factory Warholienne 3.0 aussi inspirante que ludique. Alors, conquis ?