Journée internationale anti-ballerines : mais pourquoi ?

On en possède toutes au moins une paire qui traine dans notre penderie, et elle nous a même certainement sauvé la mise plus d’une fois, pour une course urgente, pour un rendez-vous professionnel, ou simplement parce qu’on n’avait pas envie d’être perchées sur nos talons. J’ai biensûr nommé les ballerines.

Amenées sur le devant de la scène par l’actrice Brigitte Bardot dans sa belle période, ces chaussures plates ont en fait du chemin depuis. Mais le moins que l’on puise dire, c’est qu’elles n’ont pas que des fans, loin de là…

On pourrait même dire que même si certains les adorent, d’autres les détestent, carrément. Si bien qu’un group s’est formé, a bien grandit et propose d’organiser une journée de contestation anti-ballerines le 14 juillet prochain.

A dire vrai, tout cela a commencé un peu comme une blague entre potes (des mecs, tiens donc !). Ces derniers ont décidé de lancer une campagne de boycott sous forme d’un événement facebook.

Ils avaient d’ailleurs proposé la même date que celle de la fête nationale française parce que, je cite « le 14 juillet est un jour d’union nationale, profitons-en pour nous unir contre le fléau de ce siècle qui hante nos vies : le port de la ballerine en 2016 ».

Dans le descriptif de l’événement, les organisateurs avancent même des arguments pour le moins, convainquant !

« Par respect pour notre vue, notre odorat, ainsi que par respect pour vous mesdames, cessez d’être têtu comme ça, en 2016 la ballerine est un gage de célibat, et un motif de rupture encore plus grave qu’une tromperie ! Alors ensemble réunissons-nous dans la rue pour nous faire entendre ! LE COMBAT CONTINUE !! »

Des arguments qui ont fait mouche puisque plus de 30.000 personnes se disent intéressées par cet événement.

Les anti-ballerines investiront donc, peut-être la place de la République à Paris ce 14 juillet !

Pour la petite histoire, cette campagne aurait encouragé certains à proposer un groupe contre le port des chaussettes dans les sandales…plus urgent à mon avis !