Kimaenti : Les bijoux atypiques d’une créatrice hors du commun !

Les créateurs de bijoux sont de plus en plus nombreux et il y a aujourd’hui l’embarras du choix pour dénicher un bijou personnalisé et qui en plus de rehausser une tenue peut même porter un message et vous différencier des autres. Nous sommes allée à la rencontre de Saloua Jebali alias Kimaenti, une créatrice de bijoux qui a su garder sa touche ethnique, tunisienne, colorée depuis ses débuts et qui a su se démarquer des autres et se faire un univers qui lui ressemble et à travers lequel elle nous livre des merveilles uniques !

Cet article pourrait vous intéresser : Aicha Zarrouk : Découverte d’un univers artistique décalé !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

تونسية وشيك 👸 #kimaenti #tunisianbrand

Une publication partagée par kimaenti© (@kimaenti) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

My brand #kimaenti proud to be a #tunisianbrand 😎 ❤

Une publication partagée par kimaenti© (@kimaenti) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

الرقص والغناء 1918 #kimaenti #medina #tunisianbrand

Une publication partagée par kimaenti© (@kimaenti) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

🌈Kimaenti©🌈 MUA : the brilliant @steevy_aymen Model : the gorgeous @selmagharbi #tunisianbrand #kimaenti

Une publication partagée par kimaenti© (@kimaenti) le

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Saloua Jebali Alias Oie Baroque j’ai fait des études en design graphique. En 2009 j’ai monté ma première brand de bijoux, je faisais des expositions dans des galeries d’art par ci par là jusqu’en 2014 où j’ai décidé de changer le nom et ce fut la naissance de Kimaenti avec une expo exceptionnelle à l’espace Madart à Carthage. Quelques mois après j’ai eu la chance d’avoir un petit « Hanout » boutique typique à la médina de Tunis, et c’était le début de l’aventure qui continue jusqu’à aujourd’hui !

Kimaenti, pourquoi ce choix ?

Ce n’était pas un choix, c’était un défi, et c’est à partir d’une expérience très personnelle qu’est née Kimaenti : Une guerre acharnée pour défendre un trésor inestimable : mon rêve ! Kimaenti ou « come us you are » en anglais résume un message, celui de la tolérance et l’importance de s’accepter pour pouvoir accepter les autres.  C’est une sorte d’invitation à une ouverture spirituelle à travers des bijoux …

 

Comment pouvez-vous décrire vos bijoux ?

Chaque pièce de Kimaenti est unique avec un background différent. L’humeur, l’inspiration, l’état d’esprit… tout compte pour donner vie à une création. Donne libre cours à mon imagination en associant différemment les formes et les couleurs ! Je dirais qu’il s’agit d’une authenticité tunisienne avec un bon dosage de modernité, un travail quotidien de recherche fait avec beaucoup de passion. Chaque pièce raconte une mémoire…

Conjuguer l’artisanat et le fantastique semble être le fondement de vos collections

La mémoire collective est l’un de mes bâtons magiques pour stimuler l’imaginaire et le fantastique à travers des détails qui font voyager dans le temps et l’artisanat à travers le monde. Notre histoire est débordante d’inspiration et notre patrimoine tunisien est riche en matières, en formes en couleurs. Ce qui forme une bonne base pour les collections de Kimaenti. Il s’agit donc d’un mélange magique entre modernité et authenticité fantastique !

Quelles sont vos inspirations ?

La musique, la nature, l’authenticité dans toutes ses dimensions. Venant d’une famille de tisseurs, teinturiers, couturiers… L’inspiration je la capte en écoutant les voix des ancêtres. J’ai aussi des muses : Ma mère et ma meilleure amie !

Un sujet délicat mais qui vous touche directement mérite qu’on en parle, le plagiat ?

Au début ça m’a énervé.  Je montais des guerres pour défendre mes idées, je dénonçais chaque personne qui me copiait, puis je me suis calmée en acceptant que tout succès entraîne des copieurs. Le plagiat doit tout de même être puni et dénoncé pour protéger les artisans et les créateurs !

Comment faites-vous pour faire face à ce fléau qui s’est beaucoup répandu ?

« Piquez mes idées j’en aurai d’autres » comme disait Coco Chanel ! Ça se travaille quotidiennement. Les idées sont le fruit d’un travail sur soi et émanent directement du vécu et du monde de chaque personne. Je me contente de travailler et de rénover …

La Médina, est-elle un endroit symbolique ou plus pour vous ? Que représente-elle dans votre monde créatif ?

La médina est un endroit sacré pour moi : chaque coin raconte une histoire, un endroit qui éveille mes sens : des couleurs aux saveurs et aux odeurs…je me perds souvent dans les ruelles de la médina, je fais ça exprès car je laisse toujours mon instinct me guider vers d’autres coins inspirants que je découvre dans cette évasion.

Avez-vous une nouvelle collection à présenter bientôt ? Quel en sera le thème ?

Oui il y a une nouvelle collection hivernale pour 2019 avec une nouvelle forme de plastrons manchettes et de boucles d’oreilles. Un mélange entre plusieurs matériaux comme le cuivre, le corail, la laine, le tissu et des perles … Je l’ai baptisée « Janna atrafha nar » une inspiration de notre artiste Salah EL Farzit LE Mezwed man Tunisien.  « Janna » : paradis « Atrafha » : ses bouts  « Nar » : feu …le rouge et le vert …

Si vous aviez à donner un conseil aux personnes voulant créer leur propre marque de bijoux ou autre ?

«Qui  ne tente rien n’as RIEN ! »