Quand le défilé Koché nous renvoie à la Tunisie

Petite sœur du dressing de Simon Porte Jacquemus, Christelle Kocher a fait vibrer modeux lors du défilé de koché, journalistes mode et influenceurs lors de la dernière édition du festival Open My Med qui s’est tenu, comme à l’accoutumée, à Marseille.

How ?

Strasbourgeoise, la jeune femme qui a lancé sa marque éponyme il y a presque trois ans, avec un léger changement linguistique –Kocher est devenu Koché-, la jeune styliste, qui travaille aussi pour la maison Lemarié, rachetée depuis peu par Chanel, a fait cohabiter l’occident et l’Afrique, le temps d’un défilé transnational. Intitulée « Le Sud Bébé », cette collection croisière a fait la part belle aux tenues sportswear mais avec, toutefois, une innovation de taille : les hauts de survêt’ sont devenus des djellabas ultra-modernes et colorées. Idem pour les petites robes estivales qui flirtaient, presque impunément, avec ces mêmes djellabas, complétées par des claquettes.

Des corps généreux et une silhouette décomplexée

Les modèles choisis, tous non-professionnels, avaient des corps lambda. Loin de ressembler aux stéréotypes, encore véhiculés par certains magazines, la femme Koché est plantureuse, généreuse et se rapproche ainsi des canons de beauté méditerranéens. Quant à l’homme Koché, il n’hésite pas à adoucir sa virilité avec des accessoires sertis de pierres swarovski.  Arborant sans complexe un body logotypé en finesse ou encore un maillot de foot, reprenant ainsi la pop-culture marseillaise, tous les deux peaufinent leurs tenues avec un bas de jogging, défilant avec une assurance teintée de nonchalance.

Le mot de la fin Est assurément cette citation signée Christelle Kocher, éloquente car traduisant à elle seule l’univers Koché « Il navigue –le bâteau où a eu lieu le défilé- entre Marseille, la Corse ou encore la Tunisie, à travers lui je voulais montrer que Marseille et la France sont une terre d’accueil. C’est plus qu’une idée, c’est une réalité ». La mode incarne l’ouverture sur l’autre et c’est, assurément, l’un des plus beau messages d’espoir qui soit.