La mélodie de l’authenticité inaugure la première Fashion Week Aborigène!

fashion-week -australia

Les créateurs aborigènes australiens au-devant de la scène  pour  donner un cachet spécial à l’événement, l’empreinte culturelle de la région, une culture veille de plus de 60 000 ans.

C’est dans une atmosphère festive,  accompagnée d’une musique très envoûtante  des didgeridoos, de belles déesses enrobées de grandes capes en opossum cousues main, ont défilé le Vendredi 11 avril à Sydney.

Ainsi, l’Australie ouvre les  portes de l’univers de la mode, à une nouvelle vague de créateurs, des designers aborigènes, qui ont pour muse leur culture et leur art. Chaque création vous conte une histoire, d’une culture oubliée qui ressuscite à travers de belles créations, que nous livrent ces jeunes créateurs,  lors d’une Fashion Week pas comme les autres… Un événement  au cœur de l’authenticité.

Sur la base des techniques artisanales traditionnelles, cette nouvelle génération de designers, a créé des vêtements en soie imprimée à la main, ou en  batik, ou encore avec  des tissus  volumineux, tissés… Le cuir souple sculpté a eu aussi sa place sur le podium.

Cette fashion Week, nous livre un assortiment  de style aborigène, miroir d’une grande diversité culturelle mis au goût d’une mode très décalée. Des Manteaux en « opossum », des bijoux de coquille, des imprimés audacieux….En un mot,  des créations gorgées d’authenticité  et très fashion,

Parmi ces jeunes créateurs qui ont utilisé ces méthodes très originales, Mia Brennan,  qui a pu concrétiser son rêve lors de cette fashion week .Elle  a su éblouir son public avec  un look bohème,  et une  collection aux soieries imprimées de pierres et d’argile à la manière autochtone.

La Grace Lillian Lee, qui, elle, se ressource à  travers son héritage, en présentant des modèles de robes  déstructurées  inspirées  des robes des îles, en travaillant la soie, les imprimés et les dessins au fusain.

Lyn-Al Jeune, cette jeune de Melbourne, fascinée par  la féminité et l’élégance Audrey Hepburn, a présenté une collection qui fut  profondément autochtone, des Sculptures  à marquages ​​soie, de  délicates gaines de soie peintes à la main, décorées avec des harnais de cuir peints sur la poitrine ou les hanches, mais aussi des sacs  en cuir de kangourou.

Une Fashion week haute en couleur, avec des collections uniques, reflétant un art et un design d’une vieille culture étalée sur les podiums d’une des plus veille industrie  «  la mode ». Une nouvelle vague de créateurs…Une nouvelle mode imprégnée d’histoire.