La rentrée bibliophile: autobiographies à l’honneur!

book

Si on vous dit 12 years a slave? Oscars, film à succès, ou encore Steve McQueen, c’est ce qui nous vient à l’esprit en premier lieu. Mais on aurait tort! Car « Douze ans d’esclavage », avant d’être le blockbuster de cette année, est un bouquin! Et pas des moindres! Cette autobiographie de Solomon Northup est ze bestseller du 19e siècle! Le livre retrace l’histoire d’un jeune un charpentier et violoniste noir; trompé par deux promoteurs de cirque, se retrouve dans un guet-apens et perdant son statut d’homme libre, devient esclave.

Pendant douze ans, Solomon Northup subira la cruauté de maîtres et d’esclavagistes, sans brancher mot de l’affreux piège qui lui a été tendu. Une heureuse rencontre lui permettra d’entrevoir la fin de son supplice. Ce récit poignant a marqué son époque et ouvert le débat sur la question de l’esclavagisme. On ne peut passer à côté d’une telle immensité historique et littéraire, même si l’adaptation de Steve McQueen s’est voulue aussi fidèle que possible. Ce roman autobiographique méritera sûrement d’être votre prochain livre de chevet!

Disponible  à la librairie Le Culturel.

Autre époque, autre lutte, celle deWilliam Chiflet, auteur de Sois bègue et tais-toi. »
Aucun doute possible, Oscar bégaie. » Cette phrase extraite des premières pages de l’ouvrage donne le ton. L’auteur découvre le bégaiement de son enfant, une découverte qui l’afflige d’autant plus que William Chiflet est bègue! Outre l’angoisse d’avoir transmis son handicap à son enfant, l’auteur est en proie à une souffrance double; la sienne et celle qui attend son fils.

« Sois bègue et tais-toi » est un témoignage, celui d’un homme devant qui les mots fuient, pour qui une simple conversation téléphonique est un supplice. Ce livre est l’histoire d’un combat, celui de la vie et de la volonté, celui de tous ceux qui comme William ont su se frayer un chemin entre tous ces mots qui peinent à être dit. Une leçon de vie et de courage.

Disponible aux Éditions L’Archipel.