L’année 2017 en six moments mode

La mode ! Voici un milieu scandaleusement excitant, jamais à court de « buzz » et de champagne. Alors entre une feuille de salade mâchouillée par LE mannequin de l’année, les millennials qui dictent la ligne « créatrice » des grandes maisons, les accoutrements outrageusement attirants de Balenciaga et les mises en scène abracadabrantes de Chanel, on se devait de lister les meilleurs (et parfois les pires !) moments mode de l’année 2017. Attention les yeux –et les oreilles-, ça risque de…chauffer !

Découverte : Slick Woods, l’alien le plus bankable de la fashion sphère

Chouchoute de Marc Jacobs, égérie et si plus affinités de la marque Fenty de Rihanna, la tornade black au boule à zéro le plus désirable du moment n’a cessé, cette saison, d’enflammer les catwalks et …la toile. Seins à l‘air et pétards au coin des lèvres, la miss aux mille tatouages joue de sa singularité afin de faire bouger les diktats, jusque-là inébranlables, de la modosphère et on admet que ça marche. Slick Woods, loin de passer ses journées à fumer, sniffer, s’injecter différentes substances, pour le moins douteuses, milite façon 2.0. Chapeau bas pour cette jeune fille pas très rangée de la planète mode.

#mattemoiselle drippin on you bitchez Dec 26th @fentybeauty @sephora @badgalriri

Une publication partagée par @ slickwoods le

Consécration-s- : Demna Gvasalia et Alessandro Michele

La mode est un panthéon mené de front par deux Zeus : Demna Gvasalia et Alessandro Michele. Le premier tient les rênes de Balenciaga, l’iconique maison « Couture » tout en co-pilotant Vetements, le label le plus controversé du moment. Le second a su injecter une dose de romantisme et de « dandysme » à une maison qui commençait à s’essouffler au fil des saisons. Et tous les deux ont mis les fashionistas, all over the globe, à leurs pieds, en boostant l’image de leur-s- maison-s-. Aujourd’hui, l’ADN de Balenciaga, c’est un géorgien, ex-métalleux, amoureux de crocs et de sacs IKEA alors que l’identité de Gucci oscille entre sci-fi, culture memes et cheveux extra-longs, tous sexes confondus, façon John Lennon.

FW18 www.svmoscow.com @svmoscow @akvariym

Une publication partagée par VETEMENTS (@vetements_official) le

🖤Friends at work🖤

Une publication partagée par Alessandro Michele (@lallo25) le

🖤I HAVE 👁👁ONLY FOR MY CREATURES 🖤

Une publication partagée par Alessandro Michele (@lallo25) le

(R)evolution : Trouble dans la mode.

Tout en troublant le genre voire en le bannissant. Exit cloisonnement des défilés et bonjour mixité et trans-genre. Aujourd’hui, la mode se veut fluide, déstabilise en faisant défiler côte à côte filles et garçons. Les sexes se côtoient, l’hybridité devient reine sur le podium, troisième et quatrième sexes marchent sans discontinué et on chante la diversité. La mode se « querrise », la mode fait défiler, poser, shooter des mannequins trans (Valentina Sempaio pour le Vogue français, au mois de Mars dernier)…Mais entre la volonté de faire bouger les mentalités et le business, il n’y a qu’un crépitement de flash, affaire à suivre.

Hommage : Les mannequins de la génération « dollars » rendent hommage à Gianni Versace

Le défilé commence normalement. Des mannequins filiformes se succèdent arborant des pièces « kitsch », pop, bariolés bref, à l’image de leur créatrice : Donatella Versace. Sauf qu’à la fin du défilé, pile au moment où journalistes, influenceurs et starlettes-pipelettes, allaient lâcher leurs smartphones pour applaudir Miss Donatella, une « armée » d’ex-mannequins, déboulent aux côtés de Donatella ! Elles ont servi Gianni de tout leur saoul, ont assisté à tous les after et aujourd’hui elles ont même engendré une mini-armée de super-tops pour assurer leur relève bref, Carla Bruni, Claudia Schiffer, Cindy Crawford, Elle Macpherson et bien sûr, Naomi Campbell étaient là pour un « final » pas comme les autres. Le clou du spectacle, en vidéo

Double pertes : Pierre Bergé et Azzedine Alaia

Le monde de la mode a perdu deux géants. Mécène, amoureux « nécessaire » au génie créateur de Yves Saint Laurent, Pierre Bergé a tiré sa révérence, à quelques semaines de l’inauguration du Musée YSL, retraçant le parcours esthétique du styliste oranais. 18 novembre 2017 : le monde de la mode est en deuil. Azzedine Alaia décède après deux semaines passées entre la vie et la mort. Aucune déclaration n’a été faite à ce propos ce qui a, évidemment, intensifié le choc. On avait envie de crier « Azzedine est mort, Vive Alaia » et on avait bien raison. En effet, la maison éponyme a prévu deux collections pour les fashions week Haute Couture et Prêt-à-Porter 2018, comme pour perpétuer une tradition de laquelle on peinait à se défaire.

Eternal Icons ❤️ #azzedinealaia #alaia #madonna #photography #classicshot #iconic

Une publication partagée par Inzi.Rocky.Bear.Lisa (@inzi.rocky.bear.lisa) le

Les What ze fuque mode

Histoire de finir sur une note « gaie ». On a eu droit, cette année, à des prouesses mode d’un nouveau genre : du jean plastifié Topshop en passant par le sac « imitation » mais « 100% couture » Balenciago-Ikea     , sans oublier le scotch, qui devait faire office de ceinture ou de sangles, c’est à vous de trancher, signé Raf Simons, on ne savait pas trop si on devait gueuler, faire la moue, devenir sceptique quant à l’a-venir de la mode (on voyait…flou !) ou bien jubiler puisque le combo : Jogging, baskets sales et t-shirt TRIPLE XL était devenu le summum du hype. Mais ça, c’est SEULEMENT côté fringues. Céline Dion a fait un « come-back »…fracassant et assez jovial enfin, littéralement euphorique. Le féminisme n’a jamais été aussi malmené (on ne comprend pas trop Maria Grazia Chiuri qui « distribue » des citations d’afro-féminisme à 500 balles, s’ensuivra l’engouement des enseignes moyenne gamme pour ce « phénomène ») pour, on l’espère, se réinventer. Mais comme on a décidé de POSITIVER, on dira que le pop féminisme incite, justement, à réfléchir sur le VRAI féminisme donc, c’est tout bénéf’ grâce/à cause, ça reste relatif, à Maria Grazia Chiuri, première femme à diriger l’empire Dior. Bon, ça c’est une prouesse.

mom-jean-topshop

Topshop soft version

cb3571266366cc2177cbc9958add178c

Topshop hard version- uncensored

 

@lorenachas 😍 #weshouldallbefeminists

Une publication partagée par We Should All Be Feminists (@weshouldbefeminists) le


Versus

#regram from @just_gang! #dior #weshouldallbefeminists

Une publication partagée par We Should All Be Feminists (@weshouldbefeminists) le

Conclusion :

On devrait lire Chimamanda Ngozi Adichie puisqu’on lui doit un certain… We should all be feminists, craquer pour les crocs –relatif- tout en se ruant sur l’Instagram de l’année @diet_prada ou la version mode « des perles », réfléchir avant d’acheter donc consommer « éthique », regarder la Fashion Week ou cette Comédie hautement Fashion et enfin, acheter des cadeaux pour nos amis, se faire –plus- plaisir et arrêter de stalker nos ex-s- sur FB. Nota bene : Vous pouvez vous passer du dernier conseil puisqu’il est « à côté » de la mode.

Lmao #sophiatherobot #meme #dietprada

Une publication partagée par Diet Prada ™ (@diet_prada) le