L’artiste tunisienne Irane Ouanes agressée : ses œuvres à la Marsa ont été vandalisées

Depuis le 27 mai dernier, le boulevard de la corniche de la Marsa est sublimé par de magnifiques œuvres métalliques sculptées et créées par l’artiste tunisienne Irane Ouanes. 25 installations originales, artistiques, colorées, joyeuses… un vrai souffle d’air frais sur la longue promenade de la Marsa. Mais le dimanche 12 juin dernier, ce lieu de rassemblement convivial s’est transformé en un lieu d’agression…

Deux individus en moto ont agressé verbalement l’artiste tunisienne Irane Ouanes, certaines de ses installations ont été vandalisées et d’autres ont disparu. Sous le choc, Irane a saisi son compte Facebook pour parler de son agression et témoigner de sa tristesse : « Voilà, devant chez moi, dans mon pays, deux individus en moto m’agressent verbalement, me crachent dessus, me traitant de kafra et m’ordonnant d’enlever mes  » snab » qui incitent au blasphème et attirent le  » chitan ». Les œuvres exposées ne sont point destinées à la vente, j’ai travaillé des mois pour offrir un peu de couleur à mes concitoyens. Le résultat : des œuvres vandalisées, cassées, volées… Et moi agressée. C’est vraiment triste. »

Irane a reçu de nombreux témoignages de sympathie, ce qui lui avait donné le courage de persévérer et de ne pas retirer ses œuvres. L’artiste a même reçu le soutien de la ministre de la culture. Ainsi, l’artiste a partagé hier sur son compte Facebook sa gratitude envers madame Sonia M’barek mais également envers tous ceux qui l’ont soutenue : « Je viens d’avoir une conversation téléphonique avec Madame La Ministre de La Culture qui m’a renouvelé son indignation face à de tels actes barbares et m’offre son soutien, et sa double solidarité, celle de la ministre et surtout celle de l’artiste qu’elle est. Son égide et celle de la Présidence de la république, des ministères, des autorités et médias qui m’ont contacté et soutenue ne peuvent que prouver que l’art, la culture et la lumière priment sur l’obscurantisme qui ne nous atteindra jamais tant qu’il y a en Tunisie des gens qui défendent, becs et ongles, les couleurs de notre drapeau. Et tout cela, c’est principalement grâce à vous, femmes et hommes de mon pays, famille, amis, artistes qui avez été les premiers à vous indigner, les premiers à me booster et surtout à donner une leçon aux ténébreux moyenâgeux. Que vive la TUNISE !! »

Que vive la Tunisie loin des obscurantistes, des kaffaristes, et de Adel Almi !