Le Cinéma au service de la mode !?

Défiant le classicisme et la monotonie des campagnes publicitaires conventionnelles, les maisons de couture ont évolué dans leur approche en nous offrant une immersion totale dans leur monde en alliant des scénarios fantastiques à des mises en scène théâtrales pour nous sortir des chefs-d’œuvre du cinéma contemporain.

La mode a toujours inspiré le cinéma, elle a toujours été un des atouts majeurs conditionnant la réussite d’un film. Mais ce n’est que dernièrement que le cinéma a été mis au service de l’image artistique de la mode, on a découvert ainsi une conception nouvelle de la mode présentée au public en tant que travail cinématographique parfaitement composé en misant sur des cadrages et des jeux de scènes complètement loufoques ou inversement,  un vrai petit bijou cinématographique sorti des mains d’un Roman Polanski ou d’un Karl Lagerfeld.

Les court métrages inspirés par ou pour la mode sont venus donner une vraie expérience artistique qui va au-delà de la magie du vêtement, ces films sont un travail artistique de pointe, elles explorent plusieurs nouvelles techniques comme les campagnes de Proenza Schouler ou  encore Kenzo qui ont su explorer cette vague digitale et virtuelle pour sortir un concept expérimental alliant la modernité à la délicatesse de leur art de l’habillement. D’autres maison de couture ont opté pour le style purement cinématographique, ces travaux un brin rétro mais qui sont en même temps un concentré de magie et de technicité. Le vrai challenge est toujours de transmette la vision pure non altérée de la marque au public,  tout en explorant le potentiel dramatique ou narrateur de chaque mise en scène. Les campagnes de Dolce&Gabanna, de Prada ou encore de Vogue sont des courts-métrages finement ficelés qui nous racontent une histoire parfaitement orchestrée en moins de 3 minutes avec une attention portée aux détails et une impressionnante scénographie qui nous immerge totalement dans l’univers de la marque.

En alternant rêve et réalisme des réalisateurs comme Marco Molinelli ou  Chris Cunningham, ont su donner une autre dimension au travail des créateurs de Prada, Louis Vuitton ou Saint Laurent. L’enracinement artistique de ce travail nous sort complètement de la stratégie commerciale de la marque et nous met face à une expérience humaine, un souvenir, un drame et ceci conditionne totalement notre comportement d’achat mais aussi notre perception de la marque, on peut ainsi lui associer une image nostalgique ou plutôt un air avant-gardiste. C’est ce travail qui fait qu’une image ou qu’une campagne soit assez transcendante pour nous rester dans la mémoire des années durant sans  prendre une ride.

Et cette année on a vu sur les écrans une sélection de courts-métrages pour le moins intéressante qu’on partage avec vous