Le cinéma indépendant…De l’ombre vers la lumière !

Que-est ce qu’un blockbuster ?? Les « Blockbusters » sont les films qui sont à la fois le malheur et la grâce de Hollywood. Ce sont les hits qui font détonner, littéralement, les « box-office » mondiaux en engrangeant des recettes hallucinantes, en dépit de la qualité cinématographique. 

say-what-again-blockbuster-ffdesigner-cinema

Effets spéciaux, gros budgets, conglomérats médiatiques et distributions massives, sont les facteurs qui définissent les blockbusters et le cinéma commercial en général.

À l’extrême opposé de cette industrie cruelle, l’opposant du cinéma commercial dénommé cinéma indépendant, s’en tire très bien.

 

Ce n’est pas un genre… C’est une mosaïque.

Évidemment !! Le cinéma indépendant, en lui-même, regroupe plusieurs genres dont le cinéma amateur, les cinémas nationaux, le cinéma expérimental… C’est une mosaïque qui expose ce qu’un artiste américain, belge ou tunisien peut achever sans une pompe à pognon derrière lui… Cette même pompe à pognon qui promeut le médiocre Michael Bay et l’horrible Lindsay Lohan (rien de personnel) ! Oui ! Le cinéma indépendant réclame une certaine autonomie par rapport à ses méthodes de production, ses politiques et ses conventions. Ce cinéma se permet de détruire les normes des films commerciaux, se détachant ainsi de tout ce qui est « Film Business ».

films-cultes-after-hours-reservoir-dogs-american-history-x-pulp-fiction

Films indépendants… Films Cultes !!

Malgré une production modeste, beaucoup de films indépendants ont gravé leurs places dans le « Hall Of Fame » du cinéma, on ose même dire que ces films ont eu un impact majeur sur l’industrie, la culture populaire et sur les prochaines générations de cinéastes.

Si des films à la « Titanic » cassent constamment tous les records en terme de recettes, des chefs-d’œuvre comme After Hours (1985), Réservoir Dogs (1992) , Pulp Fiction (1994), American History X (1998), et le succès surprise Little miss sunshine (2006), n’ont pas à rougir de la comparaison… Enfin, ce sont les films qui ont défini Quentin Tarantino, les films qui ont sauvé la carrière de John Travolta et qui ont Boosté celles de Samuel L Jackson et Edward Norton.

Cinéphiles…La scène indépendante vous délivre toujours du bon cinéma !

films-cultes-little-miss-sunshine-ffdesigner

La montée en puissance !!

Dans l’ère des Superhéros et des zombies, nul ne peut nier la domination du cinéma commercial, bien sûr, on ne l’appelle pas « commercial » pour rien, cependant ces dernières années, les films indépendants font beaucoup plus d’argent qu’avant. Le succès commercial des « indie movies » est considérablement exponentiel.

Autrefois réservé à la critique et a un public d’élite, le cinéma indépendant accède désormais à la scène populaire à  une vitesse  non négligeable grâce à des manœuvres de base; le marketing via les réseaux sociaux et la mise en tête d’affiche des « star power » comme Bradely Cooper,Kate Blanchette et Matthew Mc Mognauhey.

we-have-to-go-back-lost

Une alternative.

On peut juxtaposer l’ascension du cinéma indépendant et celle des séries TV, deux industries séparées, mais qui dévoilent bilatéralement les imperfections du cinéma populaire en offrant une alternative aux spectateurs.

Des citations comme  » Say what again » de Pulp Fiction ou  » We have to go back » de LOST seront gravées dans les mémoires pour longtemps…Ironiquement, des films a « méga-budget » comme « 2012 » sont déjà dans l’oubli.