Le Film «Zéro» de Nidhal Chatta, sera-t-il au Palmarès des JCC ?

Le festival des journées cinématographiques de Carthage (JCC) qui se tiendra du 21 au 28 novembre prochain, chapeauté par monsieur Ibrahim Letaif, présentera-t-il le documentaire «Zéro» du réalisateur Nidhal Chatta parmi les films retenus pour cette session ? Telle est la question ?
Le film « Zéro » est un documentaire de 83 minutes, tourné principalement en Tunisie et en Inde, pays qui vient d’ailleurs de le projeter en avant première à l’India Habitat Center de New Delhi, le vendredi 9 octobre à 19h00 heure indienne.

 

Ce documentaire tourne autour du nombre « zéro », agent important dans notre vie, puisque s’il n’existait pas, nous ne pourrions pas calculer. Plus encore, le zéro qui est incontournable lorsque le monde des mathématiques se lance à la conquête de l’abstraction. Ce « zéro » qui permet le passage entre l’infiniment grand et l’infiniment petit est le fil conducteur du documentaire.

FILM-zero-nidhal-chatta-jcc-tunisie-inde-01

C’est l’histoire d’un père (interprété par Hichem Rostom), mathématicien et historien des sciences à Tunis, spécialisé dans l’Histoire des mathématiques arabes, à l’insatiable curiosité intellectuelle qui décide d’aller à la rencontre des sociétés pour lesquelles le nombre « zéro » a été au cœur des interrogations humaines sur le néant, le vide, l’éternité du temps ou encore l’infini de l’espace. Un voyage initiatique pour un chiffre qui fascine, inquiète et dérange aussi, il propose à son fils, jeune bachelier (interprété par Yacine Ben Yahia) de l’accompagner dans cette quête.
Le documentaire nous fera vivre l’échange savant entre un père et son fils au sujet du nombre Zéro, ce drôle de nombre qui n’est pas comme les autres, mais aussi partager, un long voyage à travers le monde et le temps sur les traces de ce nombre inventé par les Babyloniens, interdit par les Grecs, adoré par les Hindous, transmis par les Arabes, le Zéro, parti à la conquête du monde occidental qui l’a farouchement combattu et s’en est servi comme une arme fatale contre les hérétiques.

Espérons qu’il nous sera offert de visionner, sous peu, ce documentaire qui semble très intéressant à plus d’un titre.