Les tatouages or au banc d’essai!

À moins que vous habitiez sur Mars ou dans un couvent au sommet des montagnes françaises, vous avez sûrement dû remarquer que la tendance cet été était aux tatouages Or. Difficile de passer à côté, ils sont partout: les plages de Hammamet, les photos Instagram, les couvertures de magazines regorgent tous de filles bronzées arborant ces motifs dorés façon tatouage Malabar qui arrachent la rétine.

 

summer-flash-tattoos-gold-silver-02

Et sinon, dans la pratique, ça donne quoi? Armée moi aussi de ma planche 24K, je me lance!
Pour l’application, *fingers in the noise*: je dégaine mon éponge à vaisselle, et me tord dans tous les sens devant mon miroir. Flash back! Je me revois à sept ans, mâchant du chewing gum, les bras recouvert de cœurs traversés par des flèches, de personnages de bd et autres « I love You ».

Au bout d’une demie heure me voilà aussi scintillante qu’un sapin de Noël aux Galeries Lafayette. Une petite plume dans le dos, un attrape rêve sur l’épaule, un soleil sur le poignet et un bracelet autour de la cheville,… On ne m’arrête plus, je suis pile dans la tendance. Sortez vos Dior So real, je débarque!

summer-flash-tattoos-gold-silver-03
Après cinq jours à me prendre pour Beyoncé et à récolter les compliments, je descend petit à petit de mon trône. Mes jolis tatouages commencent à ternir et s’effacent aux extrémités et là ça n’a plus rien de Glam du tout et ça fait même sale. Re-Flash back! Les tatouages Malabars, c’était pareil, j’aurais du y penser.
Cette fois-ci la spontex, c’est du coté vert qu’elle me sert. ReRe-Flash back: j’ai à nouveau sept ans et ma maman m’arrache la peau en même temps que mes tatouages avec le fameux gant à crin du hammam . Sauf que maintenant je suis grande, j’ai la peau rôtie par le soleil et ces fichus tatouages peinent à s’enlever. Un petit tour sur le net, M. Google m’informe qu’un coton imbibé d’alcool mettra fin à mon calvaire. Quelle bonne idée! de l’alcool à 90°, c’est tout ce qui manquait à mes coups de soleil!

summer-flash-tattoos-gold-silver-01
Au bout d’une demi-heure, mission accomplie, on peut facilement pister l’emplacement de mes exploits artistiques en cherchant les rougeurs sur mon corps meurtri. C’est donc pour ça que les filles appartenant à la tribu Tatouages Or disparaissent une journée par semaine? Le mystère est résolu, je l’ai payé de ma peau.
L’expérience a été concluante, mais je m’arrêterais là pour cette année. Je ressors mes bijoux dorés, quitte à finir la saison avec une jolie trace blanche de manchette sur mon poignet bronzé. Et c’est les yeux plein d’admiration que je regarderais ces déesses de la plage qui changent de tatouages toutes les semaines. Au fond de moi, je connais leur peine…

Dur dur d’être dans la tendance!