Top 5 des lourdauds qu’on croise en vacances !

lourdauds-quon-croise-vacances-couv

Si l’été est souvent synonyme de liberté, sensualité, farniente, admettez que vous avez déjà eu la (mal)chance de tomber sur des lourdauds. Faisant tache dans un décor paradisiaque, cet énergumène a pour seule mission : vous agacer ! Voici donc le meilleur des pires lourdauds que vous avez déjà croisés cet été (ou que vous croiserez si vous êtes encore en vacances). PS : On vous promet qu’après ce listing, le chapitre « camping paradis » sera clôt !

Cet article pourrait vous intéresser : Les types d’hommes à bannir de sa vie

Le classique : Le don juan moderne ou dragueur compulsif

via GIPHY

Il se fait rembarrer par toutes les nanas en bikini (voire en maillot une-pièce, voire en robe, voire par les ados férues de Zac Efron and co !) mais son cas est pour le moins intrigant. Teint halé, bronzage parfait, sourire ravageur, voix mielleuse et puis stop ! Ce mec n’a d’yeux que pour… vos « attributs physiques », parle crûment (la voix mielleuse attendrit le cliché du dragueur limite connard confirmé) et puis, on sent que ce spécimen vous sort un discours préparé pour toutes les occasions. « Tu es magnifique » (sachant que vous avez un morceau de salade coincé entre les dents), « tu as un ventre extra plat et j’adore ça »… euh désolée mais après une pizza quatre fromages XXL suivie d’un banana split avec supplément chantilly, notre bide rivaliserait avec la brioche du voisin, vous savez, ce monsieur bouboule ! Bref, on flaire le mythomane diplômé. Ce qu’on fait ? On le nargue et ça tombe bien, il a toujours une « proie » dans sa ligne de mire…

Le beauf inoffensif

via GIPHY

Bon d’accord, lui c’est un plouc. Point barre. Son idole est certainement Frank Dubosc, il est le seul à porter un « caleçon », n’a pas taillé sa moustache depuis l’été dernier et rote sans vergogne. Sa tactique est elle aussi connue. « Hey la miss, tu me files ton 06 ? » ou encore « Tu veux une merguez ? ». Pour le contrer, fourrez votre nez dans un livre, un magazine bref, quelque chose d’assez intello pour le faire fuir. Ou bien, inventez une langue, baratinez-le en verlan et il vous fuira comme la peste ! Mais bon, le beauf est généralement gentil donc on essaie d’y aller mollo avec lui.

L’ado en rut

via GIPHY

Ralala, s’il y a un « homme » ultra méga relou, c’est bel et bien l’ado de moins de seize ans. Son ambition ? Pécho un maximum de « meufs » pour pouvoir frimer devant les copains ! Et bien sûr, comme il fantasme toute l’année sur sa prof de philo, il va certainement jeter son dévolu sur vous, 25 ans, belle, « mature » et expérimentée. L’ado aux hormones bouillonnantes vous regardera avec insistance mais comme c’est un « minimoys » dans la jungle des hommes, des vrais, il vous suffira de le caser avec votre petite nièce ou tout autre spécimen de sexe féminin ET du même calibre. Le plus, c’est que vous aurez accompli une bonne action et avec un peu de chance, l’ado en question aura un grand frère des plus séduisants. Alors, on s’improvise « agent matrimonial » et on fonce (ou pas !)

L’intello de pacotille

via GIPHY

Un physique lambda mais une rhétorique à faire trembler l’Agora, voici l’intello…de pacotille. Ses phrases sont proustiennes (comprendre : interminables) et hyper référencées. Il adore Yann Moix (normal, on dirait son portrait craché), écoute Chopin et parle de tout, mais surtout de n’importe quoi. Pour le cramer, il suffit de lui dire « alors, tu penses quoi d’Ainsi Parlait Zarathoustra ? ». Comme il ne la voyait pas venir celle-là et qu’il a laissé ses « fiches » à la maison, il donnera sa langue au chat. Et si c’est un pseudo-intellectuel, son égo en prendrait pour son grade à un tel point qu’il s’éclipsera à la recherche d’une…ingénue solitaire. Autre cas de figure, cet intello « so fake » qui vous tiendra tête jusqu’à ce que vous lui sortiez un «J’adore Secret Story. Regarder des nanas se crêper le chignon et des mecs suer à longueur de journées stimule mes neurones. » On vous promet qu’après cette (fausse) confession, notre Nietzsche du jour disparaitra dans la nature !

Le vieux schnoque (très dégueulasse)

via GIPHY

Avec lui, vous avez l’impression d’être traquée par l’Humbert Humbert de Nabokov ! Regard insistant, blagues salaces et salive ravalée toutes les dix secondes, il vous offrira certainement son plus beau sourire « d’édenté » avant de vous proposer un verre. Ok, les mecs matures au charisme hollywoodien vous font triper mais le vieux papy qui vous drague sans vergogne depuis une heure, non merci ! Alors on snobe papy super pervers, on appelle son chéri (imaginaire et coincé au bureau) pour lui faire savoir que vous n’êtes pas du tout intéressée. Toutefois, si le schnoque en question continue à vous tendre des perches et bien…donnez-lui un coup là où on pense. Effet garanti ! #parfois_la_violence_devient_primordiale

Voilà une liste non exhaustive des lourdauds de l’été où on inclura le nerd immature, le « monsieur » qui aime bien, châtie bien, traqueur de noises et leurs semblables. Alors, que vous soyez chez vous ou encore au bord de la piscine, ignorez ces coureurs de minijupes et adonnez-vous à des journées sun&chill. PS : c’est bientôt la rentrée donc profitez de vos derniers moments de répit !

via GIPHY