Mama Dalila, Le chemin vers le bonheur pour tous

Avec un cœur sur la main, Mama Dalila est une femme soucieuse du bien-être des tous les Tunisiens qu’elle considère comme ses enfants.

Professeur conférencière en développement humain, fondatrice de l’école de la vie, ambassadrice de la positivité et du yoga du rire dans le monde arabe, présidente de l’association Optimisme/Tafaol, et auteur du best seller « apprendre à aimer » qu’elle a co-écrit avec sa fille Nedra Ghariani Mehdid, Dalila Ghariani, malgré une enfance difficile, a trouvé le chemin du bonheur.

À travers sa success story, Dalila Ghariani nous livre le secret du bonheur et nous montre où le trouver.

FFDesigner – Parlez- nous d’abord de vous et de votre enfance ?

Dalila Ghariani – Je suis une personne très sensible. Compte tenu du fait que ma mère m’a eue tard, nous avions un grand conflit de générations… Comme beaucoup de parents, elle a souvent pêché par ignorance et les répercussions de ses maladresses ont eu des conséquences néfastes sur l’estime que je me portais. Malgré beaucoup d’amour, l’excès de sévérité, les critiques, les reproches et les réprimandes peuvent avoir un effet négatif sur l’estime de soi d’un enfant, parfois même le détruire. Les expériences malheureuses des uns et des autres prennent souvent leurs sources dans le vécu de l’enfance.

FFD – Comment vous est venue l’idée de faire du développement personnel ?

D.G. – En grandissant, j’ai découvert les livres de développement humain qui m’ont appris à devenir émotionnellement libre. Je me suis alors dit que ma mission sur Terre serait de me perfectionner dans ce domaine pour m’aider et aider ceux qui partagent ma souffrance. C’est devenu une véritable passion. Le développement et l’amour de soi, l’intérêt pour soi et pour son âme sont devenus très importants. Nous ne pouvons aider les autres que lorsque nous sommes en paix avec nous-même.

Cet article pourrais vous intéresser : La nouvelle tendance « lève-tôt » !!!

FFD. – Avez-vous rencontré des difficultés lors de votre réalisation professionnelle en Tunisie ?

D.G. – Jusqu’il n’y a pas très longtemps, le développement humain était ignoré en Tunisie. On en parlait ni à l’école, ni à la télévision, ni dans les magazines. Beaucoup riaient de moi en disant « Mama Dalila veut-elle nous convaincre que le bonheur est une science ?» Il faut savoir qu’aux USA, la science du bonheur – Science of Happiness – est une matière enseignée dans les universités. Elle consiste à comprendre la loi de l’attraction. Les ondes négatives dues à la déprime n’attirent que les pensées négatives. Elles empêchent de donner à soi et aux autres et vice-versa. Après des débuts hésitants, de plus en plus de femmes se sont intéressées au développement personnel et ont compris les notions essentielles du bonheur, c’et-à-dire accorder le plus grand soin à notre être, le choyer et lui donner accès au bonheur. Il s’agit de prendre conscience que celui ci est à portée de main.

FFD – A votre avis, qu’est-ce qui a fait votre grand succès ?

D.G. – C’est ma mission qui connaît le succès, ce n’est pas moi. Pour ma part, je ne suis que de passage sur cette terre. Le succès est dû à ma sincérité et mon amour pour ce que je fais. Plus je vois que j’aide efficacement les gens à être plus heureux, plus je suis heureuse en retour. Je suis passionnée par ce domaine. Mon message vient du cœur et parle aux cœurs, par conséquent il ne peut qu’être percutant…

FFD – Quels sont vos autres projets ?

D.G. – Je suis en train d’écrire un deuxième livre et je projette de préparer une émission à la télévision pour valoriser les enfants tunisiens. Les enfants, les jeunes et la femme sont extrêmement importants car ils représentent la société de demain. Mon souhait serait de les aider à trouver le trésor caché en eux et leur donner beaucoup d’estime et d’assurance, notamment grâce à l’art. J’aimerais que chacun puisse se réconcilier avec lui-même car sans cela, aucun bonheur n’est possible. Le pays ne peut être construit que par des citoyens épanouis.

FFD – Quels conseils donneriez-vous aux jeunes femmes qui aimeraient poursuivre leur rêve et réaliser un projet qui leur tient à cœur ?

D.G. – Nous sommes tous nés pour créer l’impossible et au plus profond de nous, se cache un trésor inestimable. Le bonheur est en nous, l’abondance est en nous, le succès et la réussite sont en nous. Il faut juste apprendre à se connaître, se donner du temps pour soi et s’éloigner des ondes négatives, d’où qu’elles viennent. Souvent médias et personnes négatives nous tirent vers l’arrière.

Enfin, je conseille sincèrement de pratiquer les 12 exercices décrits dans notre livre, ils sont d’un grand secours pour apprendre à maîtriser ses émotions, à se prendre en charge et à se réconcilier avec soi-même.