Man Ray : l’homme qui a changé la face de la photographie mode

Man-Ray-photographie-mode-icone-statue-endormie-couv.jpg

Aujourd’hui, nous sommes inondés de partout par la photographie de mode. Recherchée, avant-gardiste, osée, surréaliste, imaginative ou originale, elle s’offre à nous parfois comme une œuvre d’art à elle seule. Mais ce qu’on ignore, c’est qu’elle doit beaucoup à un homme Man Ray.

Zoom sur cet artiste qui changé la face de la photographie de mode.

Qui est Man Ray ?

man-ray-photographie-mode-icone

De son vrai nom Emmanuel Radnitsky (1890-1976) est photographe, peintre, sculpteur, graveur, cinéaste et poète (bien qu’il se décrive comme peintre par-dessus tout), Man Ray a couvert de son art le cubisme, le futurisme et particulièrement le surréalisme.

Cet artiste américain était un vrai caméléon. Sa longue carrière a été marquée par une quête pionnière pour l’expérimentation et l’auto-réinvention.

Aujourd’hui, il est connu pour son approche avant-gardiste et si particulière qu’on en oublie parfois que durant une vingtaine d’années (entre 1920 et 1940), il a travaillé entant que photographe mode et c’est bien la photographie de mode commerciale qui l’a fait vivre durant ces deux décennies.

Il a entre autres collaboré avec Vanity FAIR, Frensh Vogue et Harper’s Bazaar, de même qu’avec les plus célèbres designers parisiens.

Tombé dans la mode par hasard .

man-ray-photographie-mode-icone-cheuveux

Réaliser des photos de mode ne faisait pas partie de l’ambition première de Man Ray. En fait, l’artiste n’y a vu là qu’un moyen de soutenir son œuvre expérimentale financièrement et de subvenir à ses besoins.

Dès son arrivée à Paris, après avoir déménagé de New York en 1921, il a entrepris diverses collaborations avec des couturiers comme Vionnet, Lanvin, Chanel et Schiaparelli. Il a déclaré à ce sujet que c’était « simplement pour financer mon atelier, mes pinceaux et ma peinture ».

Des photos qui ont marqué !

MARCUS 2

Les photographies qu’il a réalisé pour l’industrie de la mode ont eu un impact durable sur la photo de mode entant que média. Et c’était grâce à cet artiste qui a tenu à demeurer fidèle à ses principes. En effet, il a toujours refusé de s’écarter de ses ambitions artistiques, quelques soit la forme qu’elles ont adoptée. Dès les débuts de sa collaboration avec des couturiers, il avait pris la décision d’exploiter le potentiel d’expression artistique dans le cadre du travail commercial.

Sa première commande a été pour Paul Poiret, l’un des principaux concepteurs de la ville à l’époque. Parmi ces images, les plus célèbres sont probablement les portraits saisissants d’une jeune Peggy Guggenheim (mécène, collectionneuse d’art et galeriste américaine née en 1898), drapée d’une robe brillante signée Poiret. Toutefois, Man Ray a avoué que sa préférée était celle où l’on pouvait voir Denise Poiret (épouse de Paul Poiret) poser à côté d’une sculpture de Brancusi (d’origine roumaine, l’un des sculpteurs les plus influents du XXè siècle) de laquelle émanait de la lumière.

Sa décision était prise, comme il l’a exprimé lui-même « je combinerais l’art et la mode ».

La photographie de mode : un outil de diffusion efficace.

man-ray-photographie-mode-icone-goute-eau

Man Ray a fini par voir dans la photographie de mode une bonne manière de diffuser ses idées artistiques. Et heureusement d’ailleurs que le monde de la mode, de son côté, était ravi par son approche surréaliste, allant jusqu’à propager et défendre s’il le fallait, quelques-uns de ses travaux les plus expérimentaux.

La technique du « rayograph »

man-ray-photographie-mode-icone-shoot-trait

Cette fameuse technique a été inventée par Man Ray par hasard. Il l’a découverte alors qu’il a allumé accidentellement la lumière dans sa chambre noire de Paris, exposant de ce fait le papier photo à mi- développement. Il a créé ainsi un contraste presque dramatique entre lumière et obscurité qui est très vite devenu pour ainsi dire sa marque de fabrique ! Seulement 6 mois après qu’il ait développé cette technique, Vanity Fair décide de publier 4 photos basées sur cet effet ! C’était en 1922, une époque où les artistes ne pouvaient que rêver d’une telle diffusion de masse !

Entre travail artistique et commercial

man-ray-photographie-mode-icone-product

Man Ray désirait par-dessus tout progresser entant qu’artiste, et si la photographie de mode devait être sa source de revenus, il allait alors faire des chevauchements entre son travail personnel et commercial. Un exemple clé de ceci est sa photographie de 1929 des lèvres de Elizabeth Lee Miller (modèle américain), qui plus tard a constitué la base de sa peinture « temps d’observatoire-les amants » en 1936. Cette dernière a été, en novembre de la même année, intégrée comme toile de fond à un éditorial de mode pour le Harper’s Bazaar.

Un pionnier dans l’art de la photo de mode

man-ray-photographie-mode-icone-kiss

L’influence de Man Ray sur l’univers de la photo de mode ne s’arrête pas là ! Citons d’ailleurs son penchant pour le cadrage en gros plan qui se pose sur une partie du visage ou du corps. Ou encore l’utilisation des techniques pionnières pour créer des effets visuels originaux comme son utilisation fréquente de la double exposition ou la fameuse image d’une robe de soirée en satin Shiaparelli en 1935, capturée à l’aide de la solarisation.

Dans les années 1940, il a cessé de prendre des photos de mode, mais son héritage y était d’ores-et-déjà bien ancré.