Mannequins sous contrôle: fausse bonne idée ?

Isabel Caro immortalisée par l’objectif d’Oliviero Toscani lors d’une campagne, Nolita, anti-anorexie (c’était en 2007). Quelques temps après, un ex-mannequin Elite sort du silence en dénonçant la « spirale de l’anorexie ». Elle avoue, entre autres, avoir « remplacé les trois repas quotidiens par trois pommes » pour les besoins des catwalks. Le 5 avril dernier, un mannequin russe est retrouvé inanimé sur les côtes italiennes. Cause du décès: dénutrition…des révélations qui font froid dans le dos et un sujet classé secret-défense, bien que la mode, en 2017, ait prôné la diversité. Des mannequins « plus size », des beautés noires, des filles dites « atypiques » (donc d’emblée stigmatisées) ont foulé les podiums oui mais… La majorité des mannequins arborait des silhouettes filiformes, un teint diaphane et ce sont bel et bien ces filles qui ont le plus défilé.

Cet article pourrait vous intéresser : Les 20 model les mieux payés au monde !

mannequins-controle-fausse-bonne-idee-vogue
La polémique autour de l’un des derniers numéros du Vogue US

Face à l’indignation des médecins et suite à cette vague de suicides qui ravage depuis trop longtemps la modelsphère, des mesures ont été prises via deux décrets, publiés au Journal Officiel. On y pointe du doigt la négligence des agences et l’indifférence des créateurs.

On y apprend, par exemple, que la mention « photo retouchée » doit dorénavant être obligatoirement citée. La transparence l’emporterait sur l’ambiguïté.

Autre mesure qui concerne l’IMC des mannequins (indice de masse corporelle), souvent trop bas, a été fixé à 18,5 c’est-à-dire dans la catégorie « mince ».

Pourtant, on a souvent tendance à oublier que l’anorexie se double de boulimie. Naomi Campbell a jeté un pavé dans la mare en parlant de ce TCA (trouble du comportement alimentaire), difficilement détectable et souvent considéré comme « mineur. Un suivi psychologique serait donc de mise au sein des agences.

Toutefois, il n’y a pas « d’anorexie mentale type ». Cette maladie est aussi polymorphe que multifactorielles. Si l’industrie de la mode adule la maigreur, il ne faut pas la stigmatiser en y trouvant un coupable idéal. L’anorexie  existe depuis la nuit des temps. On dit même que Marie-Antoinette, it-girl avant l’heure, en aurait souffert. Affaire à suivre…