Le mariage est-il une aubaine pour les femmes ?

Selon une étude menée par l’équipe du professeur britannique Paul Dolan, les femmes seraient plus heureuses en restant célibataires. On vous explique tout ça.

Cet article pourrait vous intéresser : Moi 30 ans, célibataire : quand de battre mon cœur s’est arrêté !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

T’as le bonjour de mon utérus ☺️ #lâcheznouslutérus via @feminist101

Une publication partagée par 🆓Lâchez-nous l’utérus🆓 (@bordel.de.meres) le

Célibat = zéro charge mentale à l’horizon

Charge mentale esthétique, charge mentale maternelle, charge mentale maritale… Le mariage est souvent synonyme de pression pour les femmes qui doivent jongler entre leur vie d’épouse, de maman et souvent d’employée. Toutes ces tâches, qu’elles prennent en charge toutes seules, les font vivre dans un stress continu, surtout quand on sait que c’est la société a façonné cette « bulle de stress » dans laquelle vivent les femmes. « Tu dois être parfaite », une injonction qu’entendent les femmes. « Tu dois être une bonne épouse et une bonne mère » une injonction qu’entendent les femmes mariées et qui n’est pas lourde de conséquences.

A contrario, l’homme marié trouve stabilité et protection dans la vie conjugale. S’il a coupé le cordon avec la mère nourricière, l’épouse continuerait à « l’infantiliser » en s’occupant de lui. On comprend dès lors que le mari reste dans sa zone de confort, en se mettant en couple, alors que la femme travaille trois voire quatre fois plus, étant donné que tous les yeux sont rivés sur son comportement et qu’elle n’a donc pas droit à l’erreur.

Des clichés oui mais…

Si ceci peut renvoyer à des clichés qu’on croyait « bannis » de notre vocabulaire, ils n’en demeurent pas moins présents dans la vie courante. Prétendre l’égalité est bien mais dans combien de foyer le mari prendrait la peine de cuisiner, naturellement, sans que ça soit un luxe pour son épouse ? Combien de maris se laissent aller parce qu’ils subissent beaucoup moins que leurs compagnes, la pression du « corps parfait » ? On vous laisse le soin d’en juger par vous-mêmes.