Le mariage tunisien, ou pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué !

Si vous avez trouvé votre moitié, réussi à braquer une banque, et avez des nerfs en acier pourquoi ne pas participer à la nouvelle épreuve des jeux olympiques, à savoir un mariage à la tunisienne ? Vous qui cherchez toutes à maigrir, il n’y a pas mieux comme moyen de fondre sans vous en rendre compte …

C’est vrai, puisqu’avant de pouvoir se dire OUI dans notre cher pays, les futurs mariés doivent remplir une liste exhaustive de conditions sinéquanon, ou sinon ça serait la hchouma pour toute la famille ! En effet, s’aimer et s’entendre à merveille ne suffit malheureusement plus et nous ne pouvons plus vivre uniquement d’amour et d’eau fraiche !

Article qui pourrait vous intéresser : Moi 30 ans, célibataire : au secours, la saison des mariages débarque

Fini le temps où les parents avaient une grande maison avec plusieurs petits appartements indépendants pour héberger leurs fils avec leurs mariées, fini le temps où tous les cousins et cousines se retrouvaient dans le patio pour partager toutes sortes de jeux et d’espièglerie pendant que les mamans papotaient de tout et surtout de rien, fini le temps où il suffisait de peu pour fonder un foyer…

Aujourd’hui, place à l’individualisme et à l’indépendance avant tout ! Le hic est que cette liberté est très chère payée pour de jeunes mariés fraichement diplômés… Puisqu’avant de partager le même toit, il leur faut faire un marathon pour :

  • Louer une maison
  • Acheter des meubles
  • Acheter tout l’électro ménager
  • Acheter tout le linge de maison
  • Louer ou acheter la robe de mariée
  • Payer la coiffure et le maquillage de la ou les soirées
  • Acheter les bijoux (l’or est devenu excessivement cher !)
  • Acheter des parfums et cosmétiques pour la mariée à mettre dans le fameux knastrou par lequel on a la possibilité de démontrer à tous les invités ô combien on ne lésine pas sur les moyens !
  • Louer la salle de fêtes
  • Payer la troupe musicale
  • Payer les fleurs et la déco de la fête
  • Louer la voiture du cortège pour ceux qui n’ont pas de Mercedes ou BMW dans leur famille
  • Payer les invitations et le calligraphe
  • Payer la mairie si en plus de la soirée il y aussi la mairie au lieu de la mosquée
  • Acheter le costume du marié
  • Acheter les dragées, les pâtisseries traditionnelles et les boissons
  • Payer le voyage de noces…

Et après on s’étonne qu’il y a de moins en moins de mariage et de plus en plus de concubinage !

Si notre société se souciait moins du qu’en-dira-t-on et s’allégeait du poids du regard de la famille, des voisins et des amis, on vivrait tellement mieux ! La simplicité ne fait-elle pas la beauté… ça ne vous dit rien ?!

J’entends les mamans dire « on ne se marie qu’une seule fois dans la vie… et moi je n’ai qu’une seule fille… je veux qu’on ait une grande farha !»

mariage-tunisien-couv

A celles-ci je réponds : Oui, mais préférez-vous retarder le mariage de vos enfants et du coup, les obliger à avoir des enfants à un âge plus avancé ? Ou leur faciliter le mariage pour qu’ils profitent de leur union étant jeunes et avoir plus de forces pour vous donner des petits enfants ? Ou encore, préférez-vous les voir crevés de fatigue le jour de leur fête et à sec d’argent, ou plutôt rentrer hyper épanouis d’un superbe voyage de noces ?

Article qui pourrait vous intéresser : Réflexions de nos belles-mères tunisiennes, on en rit jaune !

Je pense que lorsqu’on aime réellement ses enfants, on pense d’abord à leur bonheur avant le sien ! D’autant plus qu’il s’agit de LEUR mariage, censé être l’évènement de LEUR vie à eux ! Evidemment très chers parents, si vous tenez tout de même à avoir un mariage en grandes pompes, il ne vous reste plus qu’à casquer à la place de vos enfants… Mais pour l’amour de Dieu, facilitez- leur la tâche plutôt que de leur donner des sueurs froides à chaque fois que vous leur parlez de mariage !

PS : Sachez tout de même que tous les extras que vous paierez des milliers de dinars, et en s’endettant le plus souvent, seront, pendant la soirée, jugés au mieux par un simple « mouai, c’était pas mal ! » si ce n’est carrément par « t’as vu comment ils nous ont servi les pâtisseries très tard ?! », ou encore « ma tête va exploser à cause des baffles, j’ai horreur des mariages, si ce n’était par obligation… » ! Alors, mesdames, de grâce, prenez le temps de bien réfléchir à votre attitude lorsque vos enfants viendront vous annoncer leur intention de se marier !