Faire le ménage serait bon pour… notre santé mentale !

En plus d’augmenter considérablement notre NEAT –les activités qu’on fait hors sport-, le ménage nous aiderait à déstresser.

Cet article pourrait vous intéresser : Mise en beauté express pour mamans débordées

La psychologie évolutionniste s’en mêle

C’est en Californie que des psychologues sont arrivés à cette conclusion, assez stupéfiante : en « plongeant dans certains rituels » on serait plus propices à « évacuer le stress ». En effet, balayer, faire la vaisselle ou encore passer l’aspirateur serait une forme de purge pour l’être humain. Mais les manières de faire le ménage différent d’un individu à l’autre, comme le signale le Pr Darby Saxbe. Ainsi, « la personnalité d’une personne peut en dire beaucoup sur son niveau d’exigence : les personnes qui aiment nettoyer sont plus consciencieuses et minutieuses tandis que celles qui y font moins attention sont plus spontanées et désorganisées. »

Matt Blair (mattblairpictures.com), “Amélie,” Fabric Care Center

Mais…

En analysant le comportant d’un panel d’individus, ces mêmes chercheurs ont abouti à d’autres conclusions. Si faire le ménage peut s’avérer libérateur pour certaines personnes, il serait synonyme de comportement maniaco-dépressif pour d’autres. Selon le National Institute of Mental Health, certaines personnes pourraient entretenir une relation malsaine avec le ménage qui déboucherait sur des troubles obsessionnels compulsifs.

Bref, il est toujours conseillé de bouger, de passer un coup de balai ou de faire la vaisselle mais sans que le ménage ne vire à l’obsession et à la chasse des microbes et des calories.