Jeremy Scott : Les mini-sacs loufoques de Moschino

S’inspirer de ce qu’il y a de plus « futile » au quotidien est sa spécialité. Détourner nos plus vieilles habitudes de bonnes gens un tantinet pépères fait aussi partie de son encyclopédie mode. Mais ce qu’on adore par-dessus tout chez Jeremy Scott, c’est sa dérision, toujours teintée de kitsch. Cette année, le directeur artistique de l’entreprise italienne Moschino n’a pas failli à sa tâche en nous présentant les sacs de demain.

Cet article pourrait vous intéresser : On adore… les accessoires pour cheveux vintages !

Funky clutch

Après le micro-sac… papier toilette et la banane bubble gum, Jeremy Scott revient, dans un décor qui rappelle les émissions de télé-achat américaines cultes, avec des sacs « clin d’œil » à notre train-train quotidien. Du sac à dos qui fait la promotion du détergeant dont raffole maman en passant par les sacs « Champagne », idéal pour tout fêtard qui se respecte, ou encore, par les minaudières tube de dentifrice et du dollar baby, le créatif s’amuse avec les codes de la pop culture non sans mettre l’accent sur notre fièvre acheteuse.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Moschino Milano champagne bottle shaped bag #moschino #mfw @itsjeremyscott

Une publication partagée par Moschino (@moschino) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Moschino Milano “hair spray” hand bag #moschino @itsjeremyscott #mfw

Une publication partagée par Moschino (@moschino) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Moschino Milano Gameshow #moschino #moschinofashionshow @itsjeremyscott #mfw

Une publication partagée par Moschino (@moschino) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Moschino Milano Gameshow #moschino #moschinofashionshow @itsjeremyscott #mfw

Une publication partagée par Moschino (@moschino) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Moschino Milano Fresh backpack #Moschino #mfw @itsjeremyscott

Une publication partagée par Moschino (@moschino) le

Jeremy Scott ou le Warhol de la planète mode

S’inspirer du quotidien pour s’en amuser ou pour lui tordre le cou a aussi été le dada d’un certain Andy Warhol. Tel son prédécesseur, Jeremy Scott n’a pas choisi les eighties au hasard. C’est en effet à ce moment-là que la société de consommation a connu son âge d’or –dû à une véritable stabilité matérielle et à un confort économique-. Mais c’est aussi dans les années 80 que le fast et le bling ont émergé, transformant le quotidien en une fête éternelle. En parfait observateur nostalgique et « fan » de cette décennie d’insouciance, Jeremy Scott ne cesse d’explorer ses aspects tout en nous transmettant une vibe cool.

Mais si les mini-sacs funky sont bel et bien dans la course, qu’en est-il de l’avenir de la banane ? Et bien c’est simple : on déclare officiellement l’ère de la banane révolue. Awtch.