Mode Stup’: Millie Bobby Brown a osé…le jean plastifié !

Quand on a vu l’un des what ze fuque mode du siècle en matière de denim, on a très vite ricané (souvenez-vous de l’hilarité d’une rédac anciennement snobinarde) avant que les twittos ne suivent notre mood en rajoutant une couche. En effet, « qui porterait ça ? » avait tapé  -et trollé- en masse les internautes et on avoue qu’à part les clans Kardashian /Hadid on ne voyait pas vraiment qui pourrait arborer un tel « stranger » jean. Sauf qu’on avait faux sur toute la ligne ! Estomaquée, la rédac l’était en découvrant l’un des derniers posts de « Millie Bobby Brown » qui, sous ses faux airs de Baby Doll coincée au stade « petit poney », nous a montré que la nouvelle reine de l’excentricité, c’était bel et bien elle ! 

Faisant un gros câlin à sa BFF, Maddie Ziegler, le jeune poulain du petit écran made in USA a troqué pour l’occasion un jean des plus désuets contre LA FAMEUSE pièce Topshop, un peu trop audacieuse mais surtout, sujet encore houleux au sein de la modosphère.

Souvenez-vous, le printemps dernier…
Hey girlie, missed ya 👑
Une publication partagée par Millie Bobby Brown (@milliebobbybrown) le

In da face version Millie Bobby Brown !

Et finalement ?

Il est temps pour nous de baisser les armes: ce jean n’est pas si mal voire c’est une pièce qui en dit long sur l’avenir de la Mode. Le « jean » n’a en effet jamais été aussi galvaudé. Malmené, déconstruit, saccagé, il vire illico presto en objet de convoitise, suscitant une vague d’hystérie dans le cercle très sélect des insta-girls. Pièce de prédilection pour les savants fous de la mode (Kikou Demna Gvasalia) car malléable à l’envi, le jean s’est encanaillé, glamourisé, « sexualisé »  par une série  d’expérimentations payantes par leur « culot ». Alors oui, on est enfin prête à sauter le pas et à shopper une pièce aussi what ze fuque tout en jouant la carte du soft sur le reste de la tenue.

T-shirt normcore et baskets blanches ou petite blouse sympa et banane audacieusement flanquée à la taille sans oublier les fameuses mules, « fashion statement » intergénérationnel, à en croire la petite Millie, voilà comment on concilie entre le chic et le choc. 13 ans et déjà  « dealeuse » des anti-tendances-tendance-club ? Mission réussie pour Mademoiselle M, les yeux fermés.

Check-point ?

On a conscience que cette pièce divisera encore les fashionistas bien qu’on soit « happy » qu’une outsider, férue de converses rétro, petit bout de femme à la bouille encore enfantine, ait saisi l’essence de la « mode » en 2017.

Moralité : ne surtout pas se laisser intimider par les « grands » parce que la mode n’a pas d’âge, fastoche pour cette it-girl.