Mode et sport : la combinaison gagnante ?

Looks from the Fila x Urban Outfitters Men’s Collection.

Alors qu’on vient d’assister au revival des ugly shoes, à la conception des escarpins baskets contre nature signés Desquared 2 ou encore, au retour inespéré des bas de jogging Juicy Couture, la mode ne cesse de confirmer cet esprit dynamique qui plane sur la fashion sphère. Un petit débrief s’impose.

Cet article pourrait vous intéresser : Vêtements 2 en 1 ou vêtements hybrides, qu’est-ce que c’est ?

Halte au carton rouge

Il fut un temps où l’on parlait de « prêt-à-choquer » dans la mode. Aujourd’hui, cette ère semble bel et bien révolue. En effet, outre les urgly shoes qui ont envahi les podiums avant de s’incruster dans nos feeds instagram, ce sont les chaussettes blanches à bandelettes très années « gym tonique » qui se font de plus en plus hautes donc de plus en plus voyantes. Repérées chez Vetements, MSGM ou encore Prada menswear, les socks qui dépassent les mi-mollets complètent des shorts ultra-courts et des hauts de survets colorés, à effet vinyle ou encore, affichant un logo discret et décalés par des chapkas en nylon.

MSGM SPRING/SUMMER 2019 – HIGH DENSITY ENERGY #MSGMSS19 #MSGM #MassimoGiorgetti

Une publication partagée par MSGM (@msgm) le

VETEMENTSxSWEAR FALL WINTER 2019 – FIRST DROP THIS WEEK

Une publication partagée par VETEMENTS (@vetements_official) le


Mais chez Philipp Plein, le sport englobe encore plus les « tendances » voire il fait corps avec elles. Si le sportswear est pratique, il devient très IN avec des deux ou trois pièces 100% sport, accessoirisés par des raquettes de tennis ou des sifflets d’arbitre. Autre univers et autre catégorie de « mode », la fast fashion s’est emparée de l’univers du ballon rond en mettant en vente des t-shirts à l’effigie des différentes nations. Bleu blanc rouge chez Zara France, un peu plus standard chez une marque comme Urban Outfitters, on ressortirait volontiers nos hauts de supportrices/supporters modèles !

Get Ready for the @pleinsport show tonight in #Milan #PleinSportCup

Une publication partagée par PHILIPP PLEIN (@philipppleininternational) le

🍇🍇🍇 | #uomens

Une publication partagée par urbanoutfittersmens (@urbanoutfittersmens) le

Total look sport

Si on suit la chronologie fashion, on se rend rapidement compte que des marques ou/et maisons comme JW Anderson, Yohji Yamamoto avec son Y-3 ou encore Stella Macartney ont toujours collaboré avec les grands noms du sportswear. De Converses en passant par Adidas et tout récemment Nike, qui a pris sous son égide Virgil Abloh, sport et mode fusionnent afin de donner une aura plus cool à l’industrie du luxe tout en glamourisant les grandes enseignes de sport. Le coup de génie a sans doute été la collaboration de Rihanna avec la marque Puma, une manière de faire tomber les bannières en décloisonnant pop culture et marché du luxe.

Too much “Air”

Une publication partagée par Anil Arjandas (@anilarjandas) le

Pourquoi un tel engouement pour l’habit « confortable » ?

Parce que depuis l’avènement de l’« anti-marque » ou ovni de la mode alias Supreme il y a eu comme un malaise au sein de la fashion sphère. Marque de skateurs, faite par des skateurs, Supreme est l’emblème de la coolitude, une coolitude qui a dépassé le cercle restreint des cool kids pour toucher un public encore plus large et surtout, transgénérationnel. Se résumant à des t-shirts normcore, blancs et seulement floqués du logo de la marque, un logo fortement inspiré du travail de l’artiste contemporaine Barbara Kruger, Supreme a depuis sa création –au début des nineties- collaboré avec Vuitton tout en distillant des produits dérivés. Alors, face à un tel revirement de situation qui consiste en une opération séduction non plus entre une marque standard et le luxe mais plutôt le contraire, les grandes marques puisent leur inspiration dans les marques de sport. Autre phénomène non négligeable, la vision plus cool des kids –ou millennials nés après l’an 2000- du vêtement. Amoureux des nineties, ils ne cachent pas leur passion pour les vêtements de sport portés par papas/mamans, pratiques pour bouger vu la frénésie de notre époque, idéles lors des raves  car oversize et surtout, pas chers car récupérés dans le placard de nos « aïeuls ».

Lafayette Street, 2018 📸 @williamstrobeck

Une publication partagée par Supreme (@supremenewyork) le


Alors oui, on est des feignasses parce qu’on refuse de s’offrir un abonnement dans une salle de sport mais quand il s’agit de mode, on décline rarement une robe Fila, fortement inspirée de la mini-robe façon polo de Lacoste sur laquelle on bavait il y a quelques années.

Moralité : la mode a ses raisons que notre banquier ignore.