Mode islamique : appel au boycott des marques qui surfent sur la vague des femmes voilées

Après Starbucks qui a interdit l’entrée aux femmes dans ses locaux aux pays du golf et Ikea qui a retirée les mannequins féminins de ses catalogues à destination de ces pays, c’est au tour des marques de vêtements.

Elles s’appellent H&M, MARKS & SPENCERS ou encore Dolce & Gabbana, et elles ont choisi de surfer sur la vague du voile qui inonde le monde ces dernières années.

Cela a commencé avec H&M qui, en 2015, a mis en scène une femme avec la chevelure recouverte d’un foulard pour ses publicités. En janvier 2016, c’était au tour de Dolce &Gabbana qui a eu la brillante idée de lancer sa ligne de hijabs…autant dire que ces enseignes ont bien choppé le truc pour mettre à profit l’actualité du moment !

landscape-1453482018-1-dolce-hijab

H&M s’est défendue de ce choix en expliquant dans un communiqué « nous voulons que notre publicité inspire le plus de gens possibles et nous ciblons un groupe aussi large que diversifié ». Ce qui a peu convaincu apparemment, puisque cela n’a pas empêché les gens de s’offusquer de cette hypocrisie !

Ainsi, la ministre du Droit des femmes française Laurence Rossignol a appelé au boycott de ces marques, les traitant d’  « irresponsables » en faisant ainsi « d’un certain point de vue la promotion de l’enfermement du corps des femmes » Elle est même allé plus loin en comparant les femmes qui choisissent de porter le voile aux « nègres » qui étaient favorables à l’esclavage. Peut être un peu trop loin.

Le dessinateur Plantu, connu des lecteurs du Monde n’a lui non plus pas hésité à repousser les limites puisqu’il a exhibé dans l’une de ses œuvres une femme voilée se demandant quand allait sortir la « fashion-ceinture  explosive ».

Enfin, certains seront peut être plus touchés par les mots de Pierre Bergé, président de la fondation Bergé/Saint Laurent qui a appelé les créateurs à « renoncer au fric et à ne pas enfermer les femmes dans des voiles »

Que dire enfin sinon que c’est agréable de voir la démocratie en marche et que les peuples savent encore se dresser face aux injustices ! Surtout quand il s’agit de ces enseignes qui gagnent déjà depuis des décennies des milliards d’euros sur le dos d’enfants du Bangladesh et d’autres pays d’Afrique et d’Asie !