Interro mode : La mode valse-t-elle avec … l’opéra ?

Avec l’apparition de directeurs artistiques qui ont la fibre intello –on pense à Alessandro Michele chez Gucci, Maria Grazia Chiuri chez Dior ou encore le regretté Karl Lagerfeld chez Chanel- la mode n’est plus synonyme de frivolité mais d’intellect ou plutôt de détournement et de mixe entre « haute » et « basse » culture. Des Airs d’opéra qui côtoient le kitsch et de la résille qui fait office de toile de fond pour une œuvre architecturale bref, la mode n’a jamais été aussi intellectualisée.

Cet article pourrait vous intéresser : Débat mode : Pour ou contre le retour des Flip Flop Heels ?


Mozart rockstar

Si bien que les marques de Fast Fashion ont, elles aussi , joué le jeu de la pop-artisation des références les plus pointues. Aujourd’hui, AC/DC semble avoir pris un coup de vieux. A contrario, ce sont Mozart et Beethoven qui ont été liftés. Chez Zara, on n’a pas hésité à imprimer la frimousse du génie Mozart sur un T-shirt tout en mettant les différentes dates de ses prestations ! Une attitude rebelle, très rock’n’roll qui contraste avec ce qu’on a l’habitude de voir. Alors qu’on écoute en boucle Billie Eilish ou Nicki Minaj, la Fashion Sphère aspirerait plutôt à nous faire vibrer sur la neuvième symphonie de Beethoven.

Les classiques, c’est cool

Tout le monde n’aime pas les concertos et les symphonies et c’est tout à fait légitime. Mais munie de sa baguette magique, la mode a le pouvoir de rendre cool tout ce qui nous semblait mémérisant ou un peu trop régressif. Entre Mozat et Beethoven qui volent la vedette à un Mick Jagger grisonnant ou les princesses Disney qui surplombent « le féminisme » d’une De Beauvoir, tout notre savoir est en train d’être chambardé. Et puis, n’oublions pas que ce joli monde est friand de vintage. Alors plus on remonte dans le temps et mieux sait et ce, quitte à ressortir toutes les reliques du XVIIIème siècle !

Sinon, on se fait un opéra ? –Netflix étant has been-.