Ces mots tunisiens qu’on a puisés ailleurs !

La Tunisie, on le sait, est un lieu de rencontre de plusieurs civilisations et ce depuis des millénaires. Romains, vandales, arabes, espagnols, maltais, italiens, français et j’en passe s’y sont succédés, chacun ramenant avec lui sa langue. Certaines d’entre elles étant devenues pour un temps la langue officielle du pays (c’est le cas du turc et du français notamment).

Ce brassage et ce contact entre toutes ces civilisations tout au long des siècles a laissé ses marques. Si bien qu’on en relève, encore aujourd’hui, des traces dans le langage parlé tunisien, ce qui a donné à ce dialecte une proportion cosmopolite indéniable !

D’origine française

Zoufri: Vous l’avez certainement entendu de votre grand-mère qualifiant un petit voyou, puisqu’il est plus rarement utilisé par la jeune génération. Mais à l’origine, c’était le mot français ouvrier utilisé par les colons pour désigner les ouvriers, qu’ils aient été dans le domaine agricole ou industriel. Avec le temps et les déformations, il est devenu à connotation péjorative.

Kayyès: Pour désigner la route, nous avons choisi ce mot qui tire son origine de caillasses, les pierres meulières dont on revêtaient les routes.

Forchitta : Pour dire fourchette. Mais il faut bien reconnaitre que la population tunisienne se divise entre influence italienne et française, puisque nous sommes plusieurs à réclamer l’appellation de farguitta qui, elle est d’origine italienne.

D’origine italienne

Koujina: Pour rester dans le lexique de la cuisine, commençons par le début, à savoir la cuisine elle-même –koujina ! De l’italien cucina.

Fartattou: Dans un contexte plus enjoué le mot tunisien pour dire papillon a aussi pris son envole d’Italie avec le mot farfalla, rien d’étonnant que beaucoup d’enfants tunisiens commencent par nommé ce petit insecte farfattou, ça se rapproche plus du terme originel !

Fatchatta: Certes, ce mot était plus aisément utilisé par la génération précédente. Tiré de l’italien facciata, il arrive à nos chers concitoyens de l’utiliser au sens figuré, pas très gentil !

D’origine turque

Bechkir: Nous les avons toujours appelés ainsi, nos serviettes de bain, sans nous douter qu’en fait, ce mot nous vient des turcs, un rapport avec les bains turcs peut être ?!

Kahwaji: Rien d’étonnant que quasiment tout le lexique lié au monde du café nous vienne des turcs ! Cela s’étend même aux serveurs en général.

Et beaucoup d’autres…

Du français :Blaça pour place ou bien Dacourdou pour d’accord

De l’italien : Mékina pour machine (macchina) ou bien 9attous pour chat (gatto)