Naissance d’une boutique, écrin de parfums à base de OUD, à Ennasser.

Le parfum, l’évocation de ce simple mot, inspire quantité de sensations délicates : douceur, évasion, mystère ainsi que rêve. Le parfum réalisé à base de « Oud », dont l’essence olfactive est « ressentie », plutôt que simplement « sentie », interpelle, captive à découvrir le secret de sa fragrance, une des plus envoûtantes qu’il soit. Mais alors, quelle est l’âme du « oud » ?

Le «oud» est le nom arabe donné à l’«Aquilara Malaccensis», nom botanique d’un arbre rare, plus connu sous celui de «bois d’agar ; ou bois d’aloès». L’Aquilara Malaccensis pousse essentiellement en Inde et en Asie du Sud-est. L’’aromate du oud n’est pas très abondante, elle est même assez rare, pourquoi? Simplement parce que, seulement deux ou trois variétés de ces arbres tropicaux, en produisent. Pour être odoriférant, l’arbre doit être infecté par un champignon particulier ; c’est par le mécanisme de défense de l’arbre que naît l’essence magique, sans cela le bois ne sent rien !

Or, seulement 10 % des arbres sont naturellement contaminés. Pour répondre à la demande croissante de cette résine odorante, l’homme a remplacé la nature par un procédé d’inoculation sur les arbres de plus de quatre ou cinq ans. Il consiste à perforer l’arbre avec un outil, sorte de perceuse, pour ensuite l’inoculer. Il faut attendre six mois pour que l’infection soit totale ; on peut réinfecter l’arbre et ainsi augmenter son rendement en huile essentielle jusqu’à 25 %. Les arbres sont ensuite débités grossièrement, puis en copeaux. Les parties non utilisables servent comme bois de chauffe ou d’encens. Un arbre fournit en moyenne 32 ml d’essence d’où son prix élevé ; il surpasse celui de l’or.

Le « oud » par sa senteur chaude, boisée et résineuse connaît un véritable engouement dans le monde, il est le graal des créateurs de parfums. Ses effluves, huiles essentielles et parfums d’ambiance sont aujourd’hui disponibles en Tunisie, grâce au méticuleux travail de recherche effectué par madame Sourour Hadiji, lors de voyages entrepris dans plusieurs pays [Malaysie, Inde, Qatar, Koweit, Arabie Saoudite etc.]. Plus de deux ans auront été nécessaires pour identifier et choisir les fabricants de fragrances, préparées à base des meilleures essences de «oud », de fleurs, musk etc. et ainsi finaliser le concept d’importation de fragrances unisexes de qualité, à la plus grande satisfaction de la clientèle tunisienne.

Une soirée fort conviviale a eu lieu ce jeudi 23 juin 2016, au Club Elyssa de Sidi Bou Saïd pour célébrer, à la fois, la création de la société « Al Oud Secret Perfumes», dont madame Sourour Hadiji est la Directrice générale et l’ouverture de sa boutique à la Cité Ennasser. De fines gourmandises et jus de fruits frais ont été offerts aux invité (es) paré (es) de leurs plus belles tenues de touche orientale. La soirée animée par de talentueux musiciens interprétant des chansons traditionnelles, certaines, de Feu, Si Hédi Jouini, a été rehaussée de la présence du célèbre chanteur, oudiste et compositeur, Si Lotfi Bouchnak, élu « Ambassadeur » de la marque « Al Oud Secret ».

Lors de l’interview, que madame Sourour Hadiji, a bien voulu accorder à FFDesigner, il apparaît clairement que la réalisation de ce projet important, bien qu’assez lourd, lui serve de leitmotiv à la création d’autres boutiques tant en banlieue de Tunis que dans d’autres grandes villes : Sfax, Sousse. Elle compte aussi établir la marque à l’étranger : à Alger et au Maroc. Elle vise même Paris qui recèle déjà plusieurs marques arabes dont la fragrance de fond est celle du « oud », comme : Arabian Oud, Abdul Samad Al Qurashi et certaines françaises d’inspiration arabe : Montale et So Oud. Bref, Paris, une des grandes capitales où les parfums sont « rois » !